Ce billet prend naissance dans un avion en partance de Carcassonne en direction de Charleroix (Belgique) avec la compagnie de transport aérien Ryanair.

Bien que professionnel, ce déplacement est l'occasion de constater comment la concurrence lorsqu'elle est pleine et entière profite aux consommateurs.

Qui pourrait regretter le monopole de l'ex Air France, lorsque pour 80 euros (A/R) des compagnies low cost vous proposent de faire des milliers de kilomètres en une poignée d'heures et d'euros.

L'ouverture du ciel français à la concurrence depuis 1990 a généré une baisse significative des prix et ainsi permis au plus grand nombre d'accéder à ce type de transport: la mixité sociale est devenue une plus grande réalité dans nos aéroports.

Avec la chute des prix sur de nombreuses destinations, l'avion est devenue plus accessible: personne ne peut raisonnablement regretter le temps où le trajet Nice/Paris rapporté au kilomètre était le plus cher au monde.

Au-delà de notre confort personnel et financier combien de régions, de communes ont vu leur tissu économique stimulé suite à la création de lignes à bas coût. Ainsi Marseille va se doter d'une aérogare réservée exclusivement aux compagnies low cost avec à la clé 1 millions de touristes attendus sur les bouches du Rhône, le Var et le Vaucluse.