stop Une étude menée dans plus de 13 pays sur plusieurs années afin d'évaluer si l'utilisation du téléphone portable peut augmenter le risque de cancer "approche de sa conclusion".

L'étude avait pour objectif de mettre en lumière, éventuellement, une corrélation entre l'utilisation du téléphone portable et certains cancers (méningiomes, neurinomes de l'acoustique, tumeurs de la glande parotide, gliomes).

L'étude précise que "la mise en commun des données des pays scandinaves et d'une partie du Royaume-Uni a permis de dégager un risque de gliome significativement accru en relation avec l'utilisation de téléphones portables pour une période de 10 ans ou plus du côté de la tête où la tumeur s'est développée".

Par contre l'étude ne démontre pas de relation entre le téléphone portable et les 2 cancers; le méningiome et les tumeurs de la glande parotide.

Les analyses ont montré également un risque "significativement accru" de neurinome de l'acoustique lié à des durées d'utilisation de 10 ans ou plus.

Pour Mme Cardis responsable du programme de recherche, il est indispensable, avant toute interprétation, de rassembler les résultats de tous les pays, pour avoir des effectifs plus importants.

Treize pays participent Ă  l'Ă©tude : Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, IsraĂ«l, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-ZĂ©lande, Royaume-Uni et Suède.