ALTO-STUDIO
 

Vous pensez Ă  GOOGLE LIFE pour trouver des photographies ?

point interrogationVous connaissez peut-ĂŞtre Life Magazine ? Et bien Google met Ă  votre disposition des millions de photos issues du magazine.

Sur GOOGLE LIFE vous trouverez différentes catégories:



Culture

  • Ballerinas
  • Country Doctor
  • Parade
  • Cowboys ( c'est clair Google est bien amĂ©rican!)

People

  • Franklin D. Roosevelt
  • Louis Armstrong
  • Marilyn Monroe
  • Jacqueline Kennedy
  • Marie Curie
  • Pablo Picasso

Places

  • Times Square
  • Himalayas
  • Taj Mahal
  • Yangtze River

Sports

  • Baseball
  • Diving
  • Gymnastics
  • Basketball
  • Football
  • Surfing
Partage propulsé par Wikio

Edité par Jean-Philippe Martinez

 

Protection de sa propriété intellectuelle en Chine

point interrogation"la meilleure façon de protéger votre innovation est d’avoir une stratégie agressive" dixit le professeur Stéphane GRAND interviewé Par Thibaud Andre de Daxue Consulting Beijing Shanghai

L’innovation en Chine est un concept relativement mal compris parmi les entrepreneurs français. S’implanter en Chine pour un service ou un produit Ă  brevet est souvent vu comme une stratĂ©gie trop risquĂ©e. Au point de ne pas tenter de s’intĂ©grer Ă  un marchĂ© aussi prometteur et progressif que la Chine ? Il existe pourtant des façons de se protĂ©ger et d’être pro-actif sur cette question.

Bien sur, la base sera de prendre en compte cette problématique et de considérer les démarches nécessaires. De façon surprenante, cela est malheureusement très souvent oublié par de jeunes startups françaises, qui se focalisant sur l’acceptation par le marché de leur idée, souhaitent effectuer toute mesure légale dans un second temps.

Si s’assurer d’une demande existante semble être pertinente de manière générale, cela est extrêmement risqué pour un produit innovant en Chine. Bien souvent, ces jeunes créateurs pourront mesurer la pertinence de leur produit quand ils verront les concurrents plagier le concept.

Surtout, dans le cas d’un conflit, les procédures judiciaires ne seront que très rarement, pour ne pas dire jamais, utiles.

« Pour prouver aux autoritĂ©s chinoises que vous dĂ©tenez la propriĂ©tĂ© intellectuelle sur le concept, vous devrez expliquer le fonctionnement complet du système de production, en confrontation avec le contrefacteur qui utilisera exactement les mĂŞmes arguments » nous raconte le docteur StĂ©phane Grand, un spĂ©cialiste en implantation d’entreprise en Chine.

Selon le gouvernement amĂ©ricain, la Chine est le théâtre de 80% des dĂ©clarations de vols de propriĂ©tĂ© intellectuelle par les entreprises amĂ©ricaines en 2013. L’impact de la contrefaçon en Chine se signale dans tous les secteurs : mode, luxe bien sur, mais aussi l’automobile, les jouets, la pharmacie, le hardware et bien d’autres.

Partant de ce postulat, comment conserver votre avance sur les compĂ©titeurs chinois. « Techniquement, la meilleure façon de protĂ©ger une innovation en Chine est d’être en permanence dans un position offensive, en amĂ©liorant votre technologie, en dĂ©veloppant de nouvelles expĂ©riences utilisateurs et en offrant aux consommateurs la plus actuelles version de votre produit » explique le docteur StĂ©phane Grand.

Cela dit, une protection plus officielle peut être mise en place, malgré les croyances faisant des dépôts de marque et de brevet des opérations impossibles.

« Si votre stratĂ©gie peut vous permettre de conserver en permanence une avance sur vos compĂ©titeurs, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas profiter d’un minimum de protection administrative » ajoute StĂ©phane Grand. « Il s’agira d’enregistrer correctement votre marque et vos brevets comme vous pouvez le faire en France. La meilleure façon est d’avoir votre propriĂ©tĂ© intellectuelle enregistrĂ©e correctement par les autoritĂ©s locales en Chine. » En effet, si cela semble impossible pour beaucoup de protĂ©ger son innovation en Chine, c’est parfois car les barrières pour l’enregistrement (langue, procĂ©dure très stricte) semblent insurmontables. « Il y a en effet de nombreux obstacles. La lĂ©gislation sur les transfert de technologie et la façon dont les services chinois en charge de l’enregistrement de marques et de brevets gèrent ces cas n’incitent pas vraiment le lancement de telles procĂ©dures par les entrepreneurs français. Pourtant, elles restent essentielles. »

La meilleure façon de rĂ©aliser ces dĂ©marches souvent laissĂ©es de cĂ´tĂ© est donc de faire appel Ă  des partenaires expĂ©rimentĂ©s sur ce marchĂ©. « Avec un peu d’expĂ©rience et d’aide, il sera très facile de s’établir sur le marchĂ© avec un concept innovant sans voir de vol de propriĂ©tĂ© intellectuelle » rappelle le professeur Grand. « Mais l’aspect sensible se portera alors sur les partenaires locaux. Si un partenaire chinois peut ouvrir beaucoup de porte, cela peut entrainer des risques de split avec perte de droit pour la partie française. Le meilleur moyen est alors de se renseigner sur les partenaires français prĂ©sents, et de trouver des ponts vers le marchĂ© pour se lancer. »

Partage propulsé par Wikio
 

Comment rédiger votre business plan ? By My business plan.fr

My business plan
Cet article a été rédigé par Angelo ARAKAZA, Juriste Droit NTIC et chef de projet chez My Business Plan



La rĂ©daction d’un business plan est parfois vue comme un passage obligĂ© pour certains crĂ©ateurs d’entreprise. Elle est aussi vĂ©cue par beaucoup comme un calvaire. Comment s’y prendre pour rĂ©diger un business plan ? Que doit contenir chaque partie ? Quelles sont les erreurs Ă  Ă©viter ?

I- Important Ă  savoir

Le business plan est un outil Ă  multiples usages:

  • Il peut ĂŞtre un outil de crĂ©ation de votre entreprise

Tout projet de création part d’une idée. Mais tout le monde sait qu’une idée ne suffit pas pour créer une entreprise. En effet, il faut tester cette idée, la structurer et la murir. C’est dans ce processus d’évaluation et de structuration que le business plan intervient. Le business plan permet au porteur de projet de mieux le structurer et de planifier les différentes étapes et objectifs du développement de son entreprise...

  • Il peut aussi ĂŞtre un efficace outil de communication pour celui qui veut faire une levĂ©e de fonds

Certains entrepreneurs voient d’un mauvais œil la levée de fonds. En effet, celle-ci présente pour eux une perte d’indépendance. Mais il faut aussi garder à l’esprit qu’une levée de fonds permet d’accélérer son développement, si elle est réalisée au bon moment. Dans ce cas, la rédaction d’un business plan sera obligatoire. Il vous faudra en effet communiquer sur votre projet, votre marché, votre positionnement, l’équipe en place et démontrer que votre entreprise crée de la valeur pour ses actionnaires et futurs actionnaires.

  • Il peut enfin ĂŞtre un outil de suivi

Le business plan permet Ă  l’entrepreneur de piloter son projet. Grâce Ă  un suivi d’activitĂ© et de l’évolution de l’entreprise, l’entrepreneur est en mesure de prendre rapidement des dĂ©cisions nĂ©cessaires et stratĂ©giques. Vous perdez un gros client ? Grâce au business plan vous verrez immĂ©diatement l’impact sur votre entreprise et pourrez prendre des dĂ©cisions en consĂ©quence.

II- Contenu d’un business plan

Sans chercher à tout énumérer, nous allons présenter ci-après les principales parties d’un business plan

  • Executive summary

Le business plan est un document avec un plan uniforme à tous les autres. Par conséquent, tout business plan doit commencer par l’executive summary. La particularité de cette partie est que malgré le fait qu’elle figure avant les autres, elle est rédigée en dernier lieu. Il S’agit d’un document de 2 pages qu’il faut écrire soigneusement.

  • Équipe

Un projet n’est rien sans une équipe avec toutes les compétences requises pour l’exécuter. Cette partie est réservée à cet effet. Il faudra présenter chaque membre de l’équipe. Le plus important est d’insister sur les compétences de chacun et de montrer qu’elles sont toutes complémentaires les unes des autres.

  • Étude de marchĂ©

On dit souvent que le business plan est pour l’entrepreneur ce qu’une carte est au marin. Un entrepreneur doit maitriser son marchĂ©. Il doit connaitre :

- Sa taille,

- Son Ă©volution,

- Les concurrents présents,

- Le pouvoir d’achat de sa clientèle,

- Les exigences du marché,

- Etc.

Cette étude de marché permet à l’entrepreneur de connaitre les opportunités et les attentes de son marché. En plus de cela, il saura ce que proposent ses concurrents, ce qui lui servira à mieux adapter son offre.

  • Business model

Le business model est la manière dont un entrepreneur compte faire entrer de l’argent. Il existe plusieurs types de business model, c’est pourquoi son choix requiert une sérieuse réflexion. Il n’existe pas de business model idéal pour toute sorte de projets. Par ailleurs, un projet peut être très innovant, mais ne pas réussir parce que le porteur de projet a mal choisi son business model.

  • PrĂ©visionnel financier

Le prĂ©visionnel financier sert Ă  valider la viabilitĂ© d’un projet. Dans cette partie, il faudra rĂ©pondre Ă  un certain nombre de questions :

1. Quels sont les fonds nĂ©cessaires au lancement du projet ?

2. Quel est le chiffre d’affaires Ă  atteindre dans les 2, 3 ans ?

3. Ă€ partir de quand le montant des ventes/des prestations parviendra-t-il Ă  couvrir les charges ?

III- Erreurs Ă  Ă©viter

La première des erreurs à éviter est celle de faire un business plan trop volumineux. Normalement son volume est compris entre 20 et 30 pages.

La deuxième erreur qu’il faut éviter c’est celle d’oublier d’adapter votre business plan en fonction de votre interlocuteur.

Enfin la troisième erreur à éviter c’est d’être trop technique. Il faut garder à l’esprit que vos interlocuteurs n’auront pas forcément vos compétences. Il faut essayer de faire en sorte qu’il soit lisible pour tout le monde

 

En Ă©largissant la notion d'innovation BPI France va financer plus de projet

businessfinanceLa banque publique d'investissement BpiFrance a présenté son nouveau référentiel innovation permettant de cadrer ses interventions.

La BPI reconnait elle même que les critères pour accorder un financement lié à l'innovation étaient trop centrés sur le secteur des nouvelles technologies. Etaient privilégiés les projets avec brevet, avec un degré d'intensité fort au niveau technologique.

Ainsi certaines innovations étaient ignorées.

Pour évoluer BpiFrance a collaboré avec la Fondation internet nouvelle génération (Fing) et une douzaine de start-up pour mettre au point ce nouveau référentiel de l'innovation basé sur une approche multidimensionnelle: Le guide Innovation Nouvelle Génération expliqe la démarche

BpiFrance analysera un projet en lui attribuant une note d'intensité de l'innovation comprise entre 0 et 4 dans six critères différents (produit et service, procédé et organisation, marketing et commerce, modèle d'affaires, technologie, innovation sociale).

En résumé comme l'indique Daniel Kaplan, délégué général de la Fing pour évaluer un projet deux questions seront posées:

  • qu'est-ce qu'il apporte de nouveau au marchĂ© ?
  • et en quoi il diffĂ©rencie l'entreprise qui le propose?"

Avec ce nouveau référentiel des projets comme Blablacar et Leetchi qui furent exclus du financement auraient eu un soutien comme l'indique le magazine challenge.

Si vous voulez rentrer dans le détail du référentiel, comprendre les critères alors suivez le guide: Innovation nouvelle génération BPI