ALTO-STUDIO
 

Sun, Facebook, Microsoft, MySpace,Cadence Design System,Apple aident à la création de start-up

businessfinanceConnaissez-vous l'appel public Ă  l'innovation ?

Par contre l'appel public à l'épargne reste plus familier: ce mécanisme qui permet à une entreprise de lever des fonds auprès de n'importe quels épargnants. Avec cette pratique boursière une entreprise peut être financée sans jamais connaitre personnellement tous ses actionnaires.

Depuis 5 ans environ, nous assistons à l'appel public à l'innovation car des entreprises de tailles mondiales mettent en place des aides voire des financements à des créateurs pouvant leur amener directement ou indirectement un supplément de chiffre d'affaire via la proposition de nouvelles applications.

Quelques exemples

1-L’accélérateur Microsoft Ventures

A partir du MICROSOFT TECHNOLOGY CENTER basĂ© Ă  Paris, Microsoft met Ă  la disposition des entrepreneurs diffĂ©rents services :

  • assistance technologique,
  • support commercial et marketing,
  • accompagnement technique,
  • soutien Ă  l'internationalisation,
  • sessions de formation aux techniques de management.

2-Le groupe CADENCE

Cette sociĂ©tĂ© spĂ©cialiste des outils logiciels de conception pour Ă©lectronique, dĂ©veloppe un programme d'aide pour les jeunes entreprises innovantes du secteur. InitiĂ© en IsraĂ«l et au Royaume Uni, le « start-up accelerator programme » vise Ă  donner accès aux start-up Ă  tout l'Ă©cosystème financier et technique dont elles ont besoin pour se dĂ©velopper et valider leur technologie.

D'autres programmes de ce types sont dans les cartons d'autres Ă©diteurs, qui ont bien compris ce qu'ils avaient Ă  y gagner : l'accès direct Ă  l'innovation qu'ils ne sont plus forcĂ©ment en mesure de dĂ©velopper dans leur propre laboratoires. Cette dĂ©marche leur permet Ă©galement de renouveler leur rĂ©seau de partenaires et d'Ă©tendre l'Ă©cosystème d'entreprises s'intĂ©grant avec leur technologie.

3-Facebook le célèbre site de networking pour étudiants américain qui a lancé il y a quelques années FACEBOOK FUNDS, un fonds doté de 10 millions de dollars dédié aux entreprises qui conçoivent des applications qui permettent à l'entreprise de multiplier les services.

4-MySpace avec le fonds Slingshot Labs.

Au-delà de l'argent les créateurs du fonds souhaitent mettre à la disposition des entrepreneurs un ensemble de prestations permettant à ces derniers de se développer rapidement (recours à des consultants, aide à la commercialisation, mise en relation...).

L'intérêt pour MYSPACE étant de participer à l'éclosion de services qui utiliseront sa plateforme et ceci sans développer en interne un pool de recherche et développement.

5-Sun met à la disposition d'entrepreneur différentes prestations afin:

  • d'ĂŞtre en permanence Ă  l'Ă©coute de l'Ă©volution de la demande ( c'est une manière de faire de la veille),
  • de connaĂ®tre les dernières avancĂ©es technologiques en amont ou en aval de leurs activitĂ©s et donc d'ĂŞtre bien placĂ© dans le cadre d'une incorporation ou d'une coopĂ©ration,
  • de gĂ©nĂ©rer des nouveaux dĂ©bouchĂ©s commerciaux soit parce que l'entreprise accompagnĂ©e en se dĂ©veloppant va utiliser de plus en plus leurs solutions soit parce que les clients de l'entreprise aidĂ©e vont naturellement utiliser les solutions maisons.

Les prestations proposées:

-DES LOGICIELS GRATUITS,

-DES REDUCTIONS: de 20% Ă  50% sur l'acquisition de solutions logicielles et ce pendant 4 ans sur les serveurs, les stations de travail et moniteurs Sun, les solutions de stockages.

-DES SERVICES GRATUITS: bénéficier gratuitement du support par e-mail et de la formation sur des technologies et produits sélectionnés, afin que vos développeurs puissent s'approprier les outils de développement et tendances émergentes. Les experts Startups Ask Sun dépannent toute une série de problèmes de développement urgents et proposent leur assistance pendant 6 mois.

6- Apple avec le fonds, iFund, de 100 millions de dollars pour investir dans les startups qui créées des applications pour l'iPhone.

Apple a joué auprès de start up le rôle de véritable capital risqueur afin de financer de nouvelles applications qui enrichissent l'iphone et la plateforme iTouch.

La société de capital risque iFund et son initiateur initial Steve Jobs a pour vocation de créer à partir de l' iPhone une industrie (création d'un réseau social...).

En conclusion amis développeurs si vous voulez bénéficier de soutient logistique ou de financement dans votre projet alors lancez vous en priorité dans les business de Sun, Facebook, Microsoft, MySpace,Cadence Design System,Apple.

Partage propulsé par Wikio
 

Tout ce que vous voulez savoir sur le monde minute par minute

businessfinance Vous ĂŞtes curieux ?

Quelques fois vous vous demandez mais au fait combien y a t il de naissance depuis le dĂ©but de l'annĂ©e ?

et d'ailleurs combien y a t il de tĂ©lĂ©phones mobiles vendus ce jour ?

et comment se porte la forĂŞt aujourd’hui ?

Beaucoup de questions et surtout des réponses sur Worldometers

Au moment oĂą j'Ă©cris ces lignes (Mercredi 21h39) nous avons:

  • 591 092 TĂ©lĂ©viseurs vendus dans le monde entier aujourd'hui

  • 4 638 561 TĂ©lĂ©phones mobiles vendus aujourd'hui
  • $ 168 925 450 Argent dĂ©pensĂ© en jeux vidĂ©o dans le monde aujourd'hui

  • 2 994 472 717 Internautes dans le monde
  • 189 534 191 190 Messages Ă©lectroniques envoyĂ©s aujourd'hui

  • 3 282 179 Articles postĂ©s sur les blogs aujourd'hui

  • 613 973 249 "Tweets" envoyĂ©s aujourd'hui
  • 3 580 478 129 Recherches sur Google aujourd'hui
Partage propulsé par Wikio
 

Cours de start-up avec les plus grands patrons réunis par l'université de Standford

businessfinanceLe site de BPI France relaye une action de formation originale: Les plus grands patrons de la Tech mondiale, à la demande de l’université de Stanford, Californie, donnent désormais des cours en ligne.

Le thème : comment dĂ©marrer sa startup ? Une belle opportunitĂ© pour nos entrepreneurs qui peuvent y accĂ©der gratuitement sur internet !

Des Professeurs de haut niveau

La liste est impressionnante. On y trouve Marissa Meyer, PDG de Yahoo, Reid Hofmann, le fondateur de LinkedIn, ou bien encore Ben Silbermann, le dirigeant de Pinterest.

Depuis le 23 septembre dernier, transformés en professeurs de haut niveau, ces derniers donnent des cours dans le cadre de la prestigieuse université de Stanford en Californie.

Ces cours sont immédiatement disponibles en téléchargement.

17 heures de contenus centrés sur l'entreprise

A l’origine du projet, il y a « Y Combinator », l’un des accĂ©lĂ©rateurs de startup les plus en vue de la Silicon Valley, qui co-organise avec l'UniversitĂ© de Stanford.

Son responsable, Sam Altman, a eu la bonne idĂ©e de diffuser gratuitement ces cours sur Internet. Au total, près de 17 heures de contenus seront diffusĂ©s, ouverts Ă  tous, sur de nombreux thèmes comme la levĂ©e de fonds, la culture d’entreprise, le recrutement, le marketing. Des conseils exceptionnels Ă  dĂ©couvrir… Ă  condition, bien sĂ»r, de comprendre l'anglais !

En savoir plus sur les cours : startupclass.samaltman.com

Partage propulsé par Wikio
 

Le financement de nos jeunes entreprises...un problème récurrent

DollarsLe Directeur de la pépinière d'entreprises de Revel (membre du réseau Interfaces) attire mon attention sur un article fort intéressant de Mme Christine Lejoux paru dans le magazine La Tribune sous le titre évocateur " Et si les investisseurs étrangers étaient ceux qui croyaient le plus dans les start-up françaises ?"

Malheureusement depuis trop longtemps j'écris sur une des problématiques bien Française: la difficulté que nous avons à financer nos entreprises en phase d'amorçage technologique ou commerciale.

Cet article va dans le mĂŞme sens:

En 2013, le capital risque a investi 642 millions d'euros, un montant "très insuffisant, qui ne permet pas de faire face aux enjeux du financement de l'innovation en France", regrette l'Afic.

Et d'insister : "A titre de comparaison, ce sont 21,3 milliards d'euros qui ont Ă©tĂ© investis par le capital-innovation aux Etats-Unis, soit 33 fois plus !".

Rapporté au poids des économies respectives, le capital-risque pèse donc 5,7 fois moins en France qu'aux Etats-Unis.

La conséquence, notamment, des nouvelles réglementations de Bâle III et de Solvabilité II, relatives au renforcement des fonds propres des banques et des assureurs, et qui restreignent la capacité de ces derniers à continuer à jouer leur rôle de pourvoyeurs traditionnels du capital-investissement français.

A quoi s'ajoutent les coups de rabot portés ces dernières années aux incitations fiscales dont bénéficiaient les particuliers investissant dans des FCPI (fonds communs de placement dans l'innovation) et des FIP (fonds d'investissement de proximité). Un manque de ressources qui conduit le capital-risque français à ne plus être en mesure de financer les start up hexagonales, un comble.

Aussi l'Afic et l'Association française de la gestion financière réclament-elles "le rétablissement d'une fiscalité incitative" dans ce domaine. Un débat bien français.

Tout est dit!!!

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Pour financer votre start up déménager en Inde

DollarsBon je vous l'accorde le titre du billet est limite..néanmoins j'envie les entrepreneurs Indiens, en effet on connaissait l'Inde pour la qualité des informaticiens, entre autre, et bien maintenant on va pouvoir les envier pour leur dynamisme en matière de financement des entreprises en phase de lancement.

Le gouvernement vient d'annoncer la création d'un fonds de plus de 1 milliards d'euros destiné aux start-up en phase d'amorçage....

A quand une vĂ©ritable politique de financement des entreprises en phase d’amorçage dans notre beau pays ?

Partage propulsé par Wikio