ALTO-STUDIO
 

Tout le monde parle du cloud..mais qu'est ce donc ?

businessfinanceQue ce soit chez les informaticiens, les start ups en herbe tout le monde emploie et utilise le cloud comme jargon techno... au delĂ  du cloud on parle Ă©galement "du nuage", du cloud computing....

Alors je vous propose un rapide tour des lieux:

Le cloud vous permet d'avoir accès à des applications informatiques, à des logiciels qui non pas été téléchargés ni enregistrés directement dans votre ordinateur. Ces logiciels ou applications sont accessibles par le net en vous connectant à un serveur qui lui les hébergent.

Ce faisant vos données ne sont plus dans votre ordinateur mais stockées et sauvegardées chez un prestataire via un serveur externe.

Plusieurs avantages pour l'entreprise:

  • on transforme des charges fixes en charges variables: il n'est pas nĂ©cessaire d'acheter des serveurs, gĂ©rer des procĂ©dures de sĂ©curitĂ© en interne en permanence, acheter des applications....le coĂ»t dĂ©pend du degrĂ© d'utilisation...c'est en cela que cela est variable.
  • accĂ©der Ă  des services plus importants, en bĂ©nĂ©ficiant de la mutualisation des moyens rĂ©alisĂ© par le prestataire: par exemple obtenir des puissances de calcul et de stockage plus important de manière ponctuelle.
  • plus besoin de payer une licence d'utilisation.

Il existe différentes prestations sur le marché dont:

  • Le Software as a Service (SaaS) : cela revient Ă  louer des applications chez un prestataire.

Dans le grand public le cloud computing a été démocratisé avec GOOGLE et l'ensemble de ses services en accès directs via internet.

Exemples d'applications en ligne:

- Gmail, Google Talk, Google Agenda et Google Documents qui comprend des dérivés de word, excel, powerpoint...

- Microsoft propose Ă©galement un modèle Saas avec Office Web Apps qui est une version en ligne de Microsoft Office qui comprend en accès avec internet Ă  : Word, Excel, PowerPoint et OneNote.

  • Le Platform as a Service (PaaS) : Vos avez achetez vos applications et logiciels mais ils sont stockĂ©s chez un prestataire. Le coĂ»t varie en fonction du temps d'utilisation des applications et logiciels.

Alors en matière de cloud la première question qui vient à l'esprit: Quid de la sécurité de nos données?

  • Peut on faire confiance Ă  un tiers?
  • Au-delĂ  de la confiance est on certain qu'il saura protĂ©ger nos donnĂ©es?

Je vous laisse répondre...

Partage propulsé par Wikio
 

Financer son projet en France ou aux USA: le match

retis 2Avant les vacances soyons un peu mazo on comparant de manière rapide le financement de la création d'entreprises en France et aux USA.

  • Aux USA il existe des dizaines d'investisseurs clĂ©s, en tant que tel obtenir l'aval de l'un d'entre eux entraĂ®ne presque automatiquement l'accord d'autres confrères VC.
  • La silicon VallĂ©e propose des ressources (techniques, logistiques, humaines ) importantes et complĂ©mentaires pour accompagner la crĂ©ation de start-up.

- La puissance de feu des sociétés de capital investissement est colossale avec la possibilité de mobiliser des dizaines de millions de dollars.

- Les investisseurs financiers au-delà de l'argent apportent véritablement:

  • des conseils en stratĂ©gie et organisation de la filière
  • des solutions pour aider l'entreprise Ă  produire (mise en relation avec des sous-traitants, aide directe au recrutement...) et Ă  vendre (mise en relation avec des clients) tout cela grâce Ă  un carnet d'adresses qui Ă  lui seul peut justifier leur entrĂ©e.
    En France si les sociétés de capital investissement offrent les mêmes promesses, la réalité quant à elle me semble nettement plus éloignée.

Par exemple Jeff Clavier (un des plus important VC) dispose d'un relationnel très poussé avec des entreprises comme Microsoft, Yahoo, Google....Avoir Jeff Clavier au capital de sa société assurément cela vous ouvre des portes...peu de chance que vous connaissiez le barrage de la secrétaire si vous souhaitez contacter les grands groupes cités.

- Des universités qui forment des salariés en prise directe avec les métiers et compétences recherchés

- Des groupes internationaux et des entreprises leader dans le secteur sont à proximité, ce qui favorise le business inter-entreprises.

- Des investisseurs financiers qui ont choisi délibérément d'investir dans la phase d'amorçage (early stage)

Alors il peut être tentant pour un créateur français d'aller chercher de l'argent auprès de fonds américains...mais pas facile car même si votre marché est par nature mondial il vous sera très difficile de motiver des investisseurs américains car:

  • en early stage (amorçage) ce qui importe c'est l'apport de compĂ©tence que les capitaux risqueurs vont pouvoir vous transmettre. Or si votre entreprise n'est pas Ă  proximitĂ© du siège social du capital risqueur, ou de son lieu de rĂ©sidence cet Ă©change d'expĂ©rience ne sera pas efficace et pĂ©renne.
    Jeff clavier investit dans des entreprises qui sont en général à 50 Km autour du siège de sa société de capital risque.
  • si votre sociĂ©tĂ© est basĂ©e en France cela veut dire probablement que la première phase de dĂ©veloppement est franco-française voire europĂ©enne. LĂ  encore on investit sur les marchĂ©s que l'on connaĂ®t bien.
    Tout VC pour étudier un projet se met à la place du client pour évaluer si en tant que tel il serait intéressé. Il est facile pour un américain de se mettre à la place d'un américain désirant acheter un nouveau 4*4 révolutionnaire, moins évident de se mettre à la place d'un français qui voudrait acheter la dernière nouvelle boisson dérivée du vin....Ainsi les barrières culturelles, les moeurs peuvent constituer un frein à la bonne compréhension d'un projet.

Au total selon Jeff Clavier sur les 20 entrepreneurs français qui le contactent chaque année pour tenter leur chance presqu'aucun n'arrive à lever des fonds made US.

Partage propulsé par Wikio
 

Marc SIMONCINI explique comment il a eu l'idée de Meetic en 2 minutes

Vous voulez savoir comment Meetic est né, comment Marc Simoncini a eu l'idée? une vidéo de 2 minutes pour tout expliquer:

Partage propulsé par Wikio

 

Bilan du statut d'auto entrepreneur avec en bonus une vidéo

businessfinanceDepuis le lancement du statut d'auto-entrepreneur en 2009 il est incontestable que le succès est au rendez vous comme en atteste l'étude réalisée par l'APCE.

Plusieurs éléments à considérer:

  • 320 019 crĂ©ateurs d’entreprises ont optĂ© pour ce rĂ©gime, soit 55 % des crĂ©ations de l’annĂ©e 2009

La forte augmentation du nombre de créateur est imputable à 75% à la mise en œuvre de ce dispositif.

  • 358 588 crĂ©ateurs d’entreprises ont choisi ce nouveau rĂ©gime en 2010 avec toujours le mĂŞme constat ce dispositif attire plus que les autres plus classiques sous la forme de sociĂ©tĂ© entre autre.

Quels sont les secteurs d’activité concernés par le régime de l’auto-entrepreneur ?

  • 47 % des crĂ©ations sous le rĂ©gime de l’auto-entrepreneur sont dans les activitĂ©s de service:

- les créations interviennent principalement dans les activités de conseil en gestion (43 % des créations du secteur) et les activités de design (18 %).

- Le commerce de détail (16 % des créations sous ce régime).

- La construction (14 % des créations sous ce régime).

- Les services en direction des personnes (13 % des créations sous ce régime). Ce secteur compte notamment les activités de réparation de biens personnels et d’ordinateur (25 % des créations), les activités d’esthéticienne (18 %) et les activités de coiffure (10 %).

Certains secteurs sont sous représentés avec une faible pénétration de ce statut:

- les activités financières, l’immobilier, le commerce de gros, le commerce de bouche, les transports, le courtage et la santé (ces secteurs comptent entre 17 et 48 créations d’auto-entreprises pour 100 créations d’entreprises traditionnelles).

D'autres secteurs sont sur représentés:

Le plus souvent ce sont des activitĂ©s de services, oĂą les autoentrepreneurs sont sur reprĂ©sentĂ©s ; ils peuvent ĂŞtre jusqu’à cinq fois plus nombreux que les entreprises traditionnelles.

Ce sont les secteurs du commerce de détail, des activités scientifiques et techniques, des activités de soutien aux entreprises, des activités de l’information et de la communication, des services en direction des personnes, des arts, spectacles et activités récréatives et d’enseignement (on y recense entre 177 et 502 créations d’auto-entreprises pour 100 créations traditionnelles).

L’intérêt des créateurs pour le régime de l’auto-entrepreneur dans les secteurs d’activités dépend de l’activité elle-même.

Les secteurs les moins concernés par l’auto-entrepreneur ne sont souvent peu ou pas adaptés au nouveau régime :

- Certains secteurs nécessitent des investissements conséquents au démarrage (achat ou location de locaux spécifiques, achat de véhicules, achat de quantités importantes de marchandise, garantie minimum pour l’installation…). Cela rend la création de certaines activités sous le régime de l’auto-entrepreneur moins facile que pour les prestations de services qui demandent souvent moins d’investissements notamment pour le matériel et les locaux (puisque l’activité est souvent pratiquée au domicile du dirigeant).

- Par ailleurs, le régime régime fiscal de la micro-entreprise n'est pas forcément bénéfique selon la nature de l'activité.

En effet ce régime ne permet pas la prise en compte des charges réelles liées à l’activité pour lesquelles le régime fiscal réel est bien souvent mieux adapté.

Enfin, un certain nombre d’activités liées au secteur de l’immobilier sont exclues des entreprises pouvant bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise et donc du régime de l’auto-entrepreneur.

La place des auto-entrepreneurs dans les régions

L'ensemble du territoire a bénéficié de ce dispositif néanmoins certaines régions en sont plus pourvus:

- la Franche-Comté, la Lorraine, - la Haute-Normandie, le Centre, la Champagne-Ardenne et la Basse-Normandie

A l’inverse dans d’autres rĂ©gions, le ratio est bien plus faible (de 127 Ă  133) : Limousin, RhĂ´ne-Alpes, Ile-de- France et Corse.

Ce dispositif a été officiellement lancé par Hervé Novelli ancien Secrétariat d’Etat au Commerce et aux PME...

Ci-dessous une vidéo de votre serviteur avec une présentation du dispositif:

Pour avoir plus d'information: un seul site officiel: http://www.lautoentrepreneur.fr/



Partage propulsé par Wikio