ALTO-STUDIO
 

Vous voulez vous implanter aux USA...On vous aide

businessfinanceSi vous programmez à court terme un développement de votre business aux USA, alors poursuivez le Programme d'accélération dans la Silicon Valley.

Le programme propose un condensé de 10 semaines de business developpement, de coaching et de networking, pour les entreprises françaises ayant un projet d’implantation à court terme dans la Silicon Valley.

L'implication d'Ubifrance et de Bpifrance permettra aux PME sélectionnées de mener à bien leur stratégie d'implantation aux Etats-Unis.

Comment postuler ?

8 PME et startups françaises du secteur des TIC seront sélectionnées sur la base de leur projet d’implantation, du caractère innovant de leur offre et de son adéquation avec les attentes du marché.

La sélection sera faite par un jury composé de personnalités reconnues, que ce soit dans le capital risque ou dans l’écosystème des startups de la Silicon Valley.

Les grands groupes partenaires du programme (Cisco, Sprint, Qualcomm Ventures, Samsung, Intel…) seront les premiers localement à découvrir la liste des participants, et indiqueront les startups qu’ils veulent rencontrer.

Calendrier

  • TĂ©lĂ©charger le dossier d’inscription sur le site http://ubi-io.com/fr/
  • Renvoyer le dossier de candidature avant le 28 fĂ©vrier 2014 Ă  l’adresse ubi.io@ubifrance.fr
  • DĂ©but mars 2014 : RĂ©union du ComitĂ© de sĂ©lection et annonce des 8 PME sĂ©lectionnĂ©es
  • Du 5 mai au 11 juillet 2014 : Première Ă©dition d’ubi i/o

Pour en savoir plus, consultez le site dédié : http://ubi-io.com/fr/

Partage propulsé par Wikio
 
 

Les coulisses de la START’UP LYCEE: retour sur une première en France

start-up LycĂ©eA longueur de radio et tĂ©lĂ© on attend parler de start up...cela devient classique, par contre oĂą cela l'est moins c'est lorsque l'on associe start- up et lycĂ©en...quel est donc ce mariage pour le moins Ă©tonnant ?

Qui a pu avoir une telle idĂ©e ?

Sur quel territoire de notre beau pays est nĂ©e cette expĂ©rience unique et bizarroĂŻde Ă  première vue ?


Bizarroïde à coup sûr, car le challenge était important: des lycéens avaient 48 heures pour créer une entreprise.

Comment est née cette idée ?

Probablement après une séance de brainstorming intense, où le café coulait à flot... je m'imagine très bien l'équipe de la pépinière d'entreprises de Lunel:

  • Pierre Alzyngre, qui comme dans le cercle des poètes disparus monte sur une chaise pour dĂ©clarer:

"72% des professeurs pensent que l’entreprise a sa place Ă  l’école" !

et en plus 82% des professeurs souhaitent la mise en place d’ateliers professionnalisants… "

  • Alors Nathalie lui rĂ©pond: "Tout Ă  fait et en plus François Hollande a dĂ©clarĂ© qu'il fallait prĂ©voir de la sixième Ă  la terminale, un programme sur l’entreprenariat !"
  • Julie renchĂ©rit en dĂ©clarant un pied sur le frigidaire de la pĂ©pinière " Trop souvent l’enseignant ignore ce qu’est une entreprise tandis que le responsable d’entreprise ne mesure pas l’importance et la difficultĂ© du travail enseignant !!"
  • Sur ce Myriam lance: " C'est pas toi qui l'as dit mais Laurence Parisot le lundi 3 mars 2010 Ă  15h63".
  • Freddy dĂ©boule sur son skate board pour rappeler Ă  cette assemblĂ©e que comme l'indique Vincent Peillon " Il y a une nĂ©cessitĂ© de prĂ©voir l'avenir, les formations doivent changer très vite et s'adapter au monde "

Forts de ces réflexions nos amis passent de nombreuses heures à phosphorer, mélanger les phases les unes aux autres, certains réfléchissent la tête en bas, d'autres suspendus à trois mètres du sol sur un grillage de cordes...certains comme Dips se déguisent en poulet.

dips

Et d'un seul coup la partie de ping pong reprend entre eux:

  • Pierre: et si on regroupait des lycĂ©ens de terminal en gestion ?
  • Nathalie: et si on leur proposait de rĂ©flĂ©chir Ă  la crĂ©ation d'une start-up ?
  • Julie: et si pour mettre un peu de piment on ne leur donnait que 48 heures ?
  • Freddy: et s' ils Ă©taient accompagnĂ©s et coachĂ©s par des chefs d'entreprises et des consultants ?
  • Dips: et si on mangeait ?

Voilà enfin dévoilées les coulisses de la création du premier concours de start-ups organisé, le 19 et 20 décembre 2013, pour les lycéens de terminale avec un fort partenariat du Lycée Louis Feuillade de Lunel et de la Communauté de Communes du Pays de Lunel.

UN retour sur ce concours d'un nouveau genre en quelques mots...:

  • 16 projets prĂ©sentĂ©s lors des pitchs finaux,
  • 90 lycĂ©ens de Terminale STMG, engagĂ©s dans une vraie compĂ©tition de crĂ©ativitĂ©, et surtout d’innovation.
  • Une phrase de rĂ©sumĂ© par un coach :« la crĂ©ativitĂ© ou l’engagement n’est pas rĂ©servĂ© aux terminales scientifiques et aux grands lycĂ©es cĂ´tĂ©s, il est en chacun d’eux. ».
  • Une phrase de rĂ©sumĂ© par une Ă©lève: «crĂ©er un vrai produit, c’est ĂŞtre libre de faire ce que l’on veut »
  • De vrais projets de start-up: l’ensemble a donnĂ© des projets dont beaucoup franchiraient la première sĂ©lection d’un incubateur d’entreprises innovantes.
  • Fleur Pellerin Ministre dĂ©lĂ©guĂ©e aux PME, Ă  l'Innovation et Ă  l'Économie numĂ©rique, a soutenu cette initiative via une vidĂ©o (ici.) destinĂ©e aux lycĂ©ens participants.

Pour finir ce billet, un éclairage sur un des gagnants de cette première édition. La Première place pour KIPOURA.

Equipe : Alex FOURNIER, Dristan MENTASTI, JĂ©rĂ©my MERFELD, OcĂ©ane GARRIDO, Laurie HERNANDEZ

Coach : Dimitri Roques , entreprise Place du Village

KIPOURA est une plateforme internet d’aide à l’orientation des lycéens par les lycéens. KIPOURA permet aux jeunes de mieux se connaitre, d’avoir des retours d’expérience des anciens, et ainsi pouvoir mieux choisir sa filière et son futur métier. KIPOURA se veut être un outil en complément des avis des professeurs et du conseiller d’orientation.

Vous voulez organiser un START’UP LYCEE dans votre lycée ou dans votre ville ?

Contact: suplycee (@) gmail.com

Partage propulsé par Wikio
 

La collocation pour des entreprises vous connaissez ?

point interrogation Lorsque l'on crée une entreprise se pose la question de sa localisation...et là le challenge est important surtout si vous ne disposez pas d'une trésorerie suffisante pour faire face à des loyers forts élevés.

Pour répondre à une demande de bureaux et de locaux des petites entreprises Michel Et Augustin ont créé Le Bureau D'Ambroise à savoir une association qui met en relation les entrepreneurs qui n’ont pas de bureau pour démarrer leur projet, et les entreprises sympathiques qui veulent bien leur prêter un de leur poste de travail temporairement vide.

L’entreprise qui vous accueillera, vous jeune entrepreneur, s'engage Ă  vous mettre Ă  disposition pour une durĂ©e de 3 mois, renouvelable 1 fois :

- Un bureau

- Une ligne téléphonique fixe

- Un accès à internet

- L’utilisation des services communs (cuisine, salle de réunion, imprimante…)

  • Vous ĂŞtes un jeune entrepreneur, vous recherchez un lieu d’hĂ©bergement : pour savoir comment faire cliquez ici
  • Vous ĂŞtes une entreprise avec un bureau libre et l’envie d’accueillir un jeune crĂ©ateur pour une durĂ©e de 3 Ă  6 mois: pour savoir comment faire cliquez ici

Est-ce payant ?

L'entreprise qui reçoit le jeune entrepreneur ne paye rien....

L'entrepreneur qui bénéficie du bureau verses chaque mois 200 euros, dont 100 euros pour l’association Bouée d’Espoir, et les 100 autres pour l’association du Bureau d’Ambroise.

Quel est le lien entre le Bureau d'Ambroise et Michel & Augustin ?

Michel Et Augustin est une marque de produits alimentaires, notamment de petits sablés ronds et bons, et aussi de Vaches à Boire. L’entreprise a été créée par deux copains, Michel et Augustin sur Paris.

Michel et Augustin ont lancé l’initiative du Bureau d’Ambroise après avoir hébergé leur pote Ambroise qui galérait chez lui.

Mais le Bureau d’Ambroise est une association indĂ©pendante de la loi de 1901 (les statuts ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s en avril 2009), et d’ailleurs Michel Et Augustin n’est pas la seule entreprise Ă  soutenir le Bureau d’Ambroise !

Partage propulsé par Wikio
 

Qui a déclaré "D'une certaine façon, Israël est une start-up" ?

businessfinance Lors de sa visite en Israël François hollande a effectivement indiqué que d'une certaine façon, Israël est une start-up.

Quelques signes vont dans ce sens:

  • l'opĂ©rateur Orange va crĂ©er un incubateur de jeunes pousses,
  • l'Ă©conomie israĂ©lienne consacre près de 5% de son PIB Ă  la recherche et au dĂ©veloppement
  • La R/D israĂ©lienne reprĂ©sente le double de la R/D française.
  • IsraĂ«l fait figure de seconde "Silicon Valley". Par habitant, IsraĂ«l est au 4e rang mondial du dĂ©pĂ´t de brevets.
  • 60 sociĂ©tĂ©s d'origine israĂ©lienne sont cotĂ©es au Nasdaq Ă  New York, le temple du high-tech.
Partage propulsé par Wikio