ALTO-STUDIO
 

Le bouclier fiscale une proposition de Croissance Plus

businessfinanceUne réflexion et proposition de CroissancePlus:

Les entreprises paient ou ont l'impression de payer trop d'impĂ´ts. En fait, certaines n'en paient probablement pas assez ! Les entreprises Ă©trangères ou les futurs entrepreneurs ne savent pas combien ils vont payer en additionnant l'impĂ´t sur les sociĂ©tĂ©s, l'impĂ´t forfaitaire annuel, la taxe professionnelle, dont les règles de calcul sont complexes et souvent injustes.

Le poids des impositions directes des entreprises en France, qui est essentiellement dû à la taxe professionnelle et l'impôt sur les sociétés, est le plus élevé des pays européens.

Il atteint environ:

  • 6% du PIB de la France

contre

  • 2% du PIB de l'Allemagne

et

  • 4% du PIB du Royaume-Uni.

Si l'on y ajoute les cotisations sociales employeurs, les prélèvements sur les entreprises françaises représentent 17% du PIB de la France contre 9% du PIB de l'Allemagne et du Royaume-Uni.

Les plus malins, les plus riches et ceux qui ont installé des filiales à l'étranger peuvent bénéficier de taux d'impôt sur les sociétés plus faibles que les nôtres, prévus par les législations fiscales de nos voisins ou de nos principaux partenaires économiques. Ainsi, le taux moyen d'impôt sur les sociétés des entreprises françaises qui disposent d'une forte implantation étrangère est compris entre 10% et 15% alors que les profits réalisés par les PME françaises sont imposés au taux marginal de l'impôt sur les sociétés - actuellement égal à 33,33%.

Outre cette disparité existant entre les PME et les entreprises multinationales, les entrepreneurs français sont confrontés à une concurrence fiscale effrénée avec nos voisins européens qui, eux, bénéficient d'une réduction substantielle du taux de l'impôt sur les sociétés depuis le 1er janvier 2008. L'Allemagne a ainsi réduit le taux d'impôt sur les sociétés de 38,7% à 29,8%, l'Espagne de 35% à 30%, l'Italie de 33% à 27,5% et le Royaume-Uni de 30% à 28%.

Afin que le poids des prĂ©lèvements fiscaux des PME soit plus Ă©quilibrĂ© CroissancePlus propose d'instaurer un bouclier fiscal pour les entreprises. Le principe est simple : faire en sorte que les impositions directes qui pèsent sur les PME (impĂ´t sur les sociĂ©tĂ©s, impĂ´t forfaitaire annuel, taxe professionnelle...) ne soient pas supĂ©rieures Ă  un taux qui serait diffĂ©rent selon la taille des entreprises. Ainsi, le taux maximal des impositions directes applicables aux TPE serait plus faible que celui applicable aux PME.

Ce mĂ©canisme de bouclier fiscal permettrait aux entreprises françaises de ne plus ĂŞtre pĂ©nalisĂ©es par rapport Ă  leurs concurrentes Ă©trangères et de ne plus ĂŞtre imposĂ©es sur des biens d'investissement. Les aberrations rĂ©sultant du mode de calcul de la taxe professionnelle seraient ainsi gommĂ©es. Actuellement, 80% du produit de la taxe professionnelle provient de la taxation des Ă©quipements et des biens mobiliers ! Après l'exception culturelle, voici l'exception fiscale !

Frédéric Bedin, président de CroissancePlus, et Christian Nouel, avocat à la cour, secrétaire général de CroissancePlus

 

Faut il Ă©teindre nos ordinateurs?

L'ordinateur et le WEB menacent ils nos vies privĂ©es ?

...Après avoir regardĂ© cette vidĂ©o il serait prĂ©fĂ©rable d'Ă©teindre votre ordinateur..on ne sait jamais non ?

Vidéo publiée sur ON NE NAIT PAS INTERNAUTE ... ON LE DEVIENT ! puis AccessOWeb

 

Le World Entrepreneurship Forum

businessfinanceSous le haut patronage de monsieur Nicolas SARKOZY Président de la République est lancé le World Entrepreneurship Forum qui sera le premier think tank mondial dédié à l’entrepreneuriat.

Il rassemble 70 participants cooptés au plus haut niveau: entrepreneurs, décideurs politiques et experts internationaux.

Un thème : "L'entrepreneuriat crĂ©ateur de richesse Ă©conomique et de justice sociale" Ă  partir duquel seront formulĂ©es des recommandations concrètes en rĂ©ponse Ă  3 questions:

  • - Comment crĂ©er un environnement favorable Ă  l’entrepreneuriat ?
  • - Comment Ă©valuer les actions des entrepreneurs ?
  • - Comment former les entrepreneurs de demain ?

A l'origine du World Entrepreneurship Forum se trouvent une hypothèse et un raisonnement.

L'entrepreneuriat peut être une source importante de création de valeur, tout en contribuant à la justice sociale.

Trois types de contextes Ă©conomiques et culturels façonnent l’entrepreneuriat :

  • - Le système libĂ©ral : les mĂ©canismes de marchĂ© constituent la meilleure modalitĂ© de crĂ©ation et de distribution de richesses Ă©conomiques (exemple : USA).
  • - Le système coopĂ©ratif : l'Etat joue un rĂ´le important dans la redistribution des richesses alors que le marchĂ© est l'organe principal de leur production. De nombreux pays europĂ©ens fonctionnent ainsi (exemple: France).
  • - Le système informel : ni l'Etat, ni le marchĂ© ne jouent le rĂ´le principal. Les richesses et la justice sociale sont crĂ©Ă©es localement et basĂ©es sur l'appartenance Ă  des groupes sociaux (exemple : Afrique).

Ces systèmes correspondent à des visions différentes du monde et de l'entrepreneuriat en tant que force économique et sociale. Le concept d'entrepreneuriat ne peut pas être compris de manière unidimensionnelle. Plusieurs niveaux d'analyse et de questionnement doivent être considérés.

  • - Individuel : comment mieux former les entrepreneurs de demain ?
  • - Environnemental : comment crĂ©er un environnement plus favorable ?
  • - Comportemental : comment mieux comprendre et Ă©valuer l’action des entrepreneurs ?

Les réflexions et les débats qui auront lieu dans le cadre du World Entrepreneurship Forum croiseront ces trois systèmes et ces trois niveaux d’analyse. Pour préparer au mieux cet événement, 8 experts mondialement reconnus travaillent actuellement chacun sur une note de cadrage, d’environ 15 pages, intégrant les deux dimensions évoquées. Le résultat de leurs travaux est prévu pour la fin du mois de mai. De la synthèse qui en sera faite émergera la première grande problématique qui sera abordée lors de l'édition 2008 du World Entrepreneurship Forum.

Le programme

Jeudi 13 novembre 2008

  • Matin

Accueil des participants à l'Aéroport de Genève (Suisse).

Trajet vers l'hĂ´tel Royal Palace, Evian (France).

  • 12:00 - 13:45: Midi

DĂ©jeuner d'accueil

  • 14:30 - 15:00: ConfĂ©rence

L’Entrepreneur, un acteur clé face aux défis du monde

Patrick Molle, Président d’EMLYON Business School

Jean-Luc Decornoy, Président du Directoire de KPMG SA

Leonard Schlesinger, Président de Babson College

  • 3:00pm - 3:45pm: ConfĂ©rence

Les diffĂ©rents visages de l’entrepreneur : introduction concernant trois environnements Ă©conomiques et culturels qui influencent le comportement des entrepreneurs.

Tugrul Atamer, Professeur, EMLYON Business School

  • 15:45pm - 16:00pm: ConfĂ©rence

Sujets, méthodologie et retombées attendues du Forum

Georges Haour, Professeur, IMD

  • 16:00 - 16:30: Pause

Evian Royal Palace

  • 16:30 - 18:30: Ateliers

Les facteurs clés de succès pour entreprendre dans trois contextes économiques et culturels différents

Les participants analyseront les principales caractéristiques de leur propre environnement économique et culturel et identifieront les qualités et les compétences que les entrepreneurs doivent posséder.

     • Réussir dans un système économique coopératif (atelier 1)
     • Réussir dans un système économique libéral (atelier 2)
     • Réussir dans un système économique informel (atelier 3)
  • 18:30 - 19:00: Pause
  • 19:00 - 20:00: ConfĂ©rence

Les facteurs clés de succès pour entreprendre dans trois contextes économiques et culturels différents

Synthèse réalisée par les animateurs de chaque atelier.

  • 20:30 : DĂ®ner

Contact: Le World Entrepreneurship Forum

 

Entrepreneur comment allez vous choisir le lieux d’implantation de votre société ?

Carte de la francePour de nombreuses entreprises, entre autre celles qui ont comme client des particuliers (B to C) le choix du lieu d’implantation de la future entreprise constitue un éléments important pour la réussite du projet.

D'ailleurs la problématique du lieux d'implantation est souvent étudiée lorsque l'on réalise une étude de marché.

Il existe un outil pour vous aider dans votre réflexion:

L'Insee propose un outil d’aide au diagnostic d’implantation locale (ODIL) qui fournit les premiers éléments d’une étude de marché, en donnant accès à toutes les données locales permettant au créateur de définir son projet en fonction de l’activité envisagée, des produits ou services proposés, de la commune d’implantation et de la présence d’entreprises concurrentes.

Ainsi vous ĂŞtes en mesure d'analyser prĂ©cisĂ©ment une zone, un territoire via des statistiques locales sur la clientèle potentielle : par exemple, caractĂ©ristiques de la population, types de mĂ©nage et de logement, revenus imposables, dĂ©penses, consommation par produit...

ODIL à l’accès sécurisé est mis gratuitement à la disposition des porteurs de projet par l’intermédiaire d’organismes de soutien à la création d’entreprise (chambres de commerce et autres pépinières).

 

Cinq grandes Ă©coles autour d'un seul incubateur

businessfinance
Les pépinière d'entreprises et les incubateurs sont confrontés à la même problématique: atteindre une taille critique suffisante afin de disposer de moyens humains et logistiques conséquents pour accompagner la création et le développement de start up.


Ainsi l'Ecole centrale de Lille, l'Ecole des mines de Douai, l'Ensait, l'Ensam Lille et l'ESC Lille ont décidé de créer un incubateur unique baptisé Grandes écoles du Nord Incubation (Geni).

Cet incubateur dès 2010 devra être en mesure d'accompagner plus de 90 projets répartis sur trois antennes:

  • Douai,
  • Lille
  • Roubaix.