ALTO-STUDIO
 

20 milliards d'euros pour le Fonds Stratégique d’Investissement

Dollars

Filiale de la Caisse des dépôts et consignations, le Fonds Stratégique d’Investissement sera doté de 20 milliards d’euros, a annoncé le président de la République Nicolas Sarkozy en visite dans le Loir-et-Cher.

Ce fonds aura deux modalités d'interventions:

  • l'une dĂ©fensive : la crĂ©ation de ce fonds est destinĂ© Ă  investir dans des entreprises françaises stratĂ©giques qui seraient en difficultĂ© face Ă  la crise,
  • l'autre plus offensive: le fonds sera aussi chargĂ© d’investir sur le long terme pour financer des projets industriels, en prenant notamment des participations dans les entreprises stratĂ©giques.

Un exemple d'investissement de ce fonds?

La société Daher (entreprise spécialisée dans l'aéronautique, la défense et le nucléaire) dans lequel le fonds va investir 85 millions d’euros.

Le financement apporté par le Fonds stratégique mais également la société de capital investissement ACE Management va permettre à DAHER fort de ses 5 000 salariés de relever plusieurs challenges comme l'élaboration et la production de la prochaine trappe de train d'atterrissage de l'A350.

Notons que le fonds d'investissement et ACE Management posséderont après leur apport 20% de la société.

Si l'on revient à l'introduction de ce billet et à la déclaration du Président de la république il convient de minorer les 20 milliards annoncés. En effet sur les 20 milliards 6 sont constitués par de l'argent frais pour financer les entreprises.

Les 14 milliards restants sont constitués par des participations déjà prisent par l'Etat et la Caisse des Dépôts et Consignation dans des entreprises:

  • sept milliards correspondent Ă  des participations minoritaires de l’État dans des entreprises publiques (Air France, Renault ou les Chantiers de l’Atlantique...)
  • sept autres correspondent aux participations dĂ©jĂ  dĂ©tenues par la CDC.

Dans ce cadre l'Etat et la CdC ne font que transférer à ce fonds des lignes de participations qu'elles possèdent déjà...

J'ai du mal Ă  comprendre ce jeux d'Ă©criture comptable, peut ĂŞtre pour des questions de communication, il est vrai que 20 milliards c'est plus gros que 6...

La comptabilité mène vraiment à tout, même à des cours de communication....

 

Le PS est Ă  vendre pour 10 millions d'euros

Cette offre a été quelques heures sur ebay:

Source: JEREMIE BERREBI

 

Des nouvelles mesures pour aider les entrepreneurs

businessfianceAfin de favoriser la création d'entreprises plusieurs mesures devraient voir le jour dans les prochains mois:

1-Le président de la République Nicolas Sarkozy songerait à mettre en oeuvre une "caution publique" pour aider les entrepreneurs. L'état pourrait garantir les banques qui feraient des prêts à des entreprises. Il existe déjà des mécanisme de garantie (le groupe OSEO qui a repris l'activité de la structure SOFARIS, certains conseils généraux, comme celui de l'Aude mais également des conseils régionaux comme celui du Languedoc Roussillon) .

Mais le gouvernement entend aller plus loin. En effet si ce mécanisme permet de garantir jusqu'à 70% du montant prêté par la banque, cette dernière sera plus enclin à financer l'entrepreneur puisque sur 100 000 euros d'emprunt elle ne prendra un risque que sur 30 000 euros.

2- une évolution du «statut de l'entrepreneur individuel»: l'auto entrepreneur

Créer son entreprise consiste à pourvoir faire face à des décalages de trésoreries conséquent:

  • il faut d'abord investir (dans des Ă©quipements) avant de toucher dans le temps des revenus induit sous la forme de chiffre d'affaires
  • il faut d'abord payer des salariĂ©s, des commerciaux avant que le produit de leur travail finance leur coĂ»t ( au minimum)
  • il faut d'abord payer des charges patronales avant d'encaisser le moindre centimes d'euros. Alors le gouvernement entend appliquer le principe «absence de revenu, absence de charges» pour tous les micro-entrepreneurs.

Si votre entreprise n'encaisse pas de chiffre d'affaires elle ne payera pas de charges sociales.

Le projet de loi doit forfaitiser les prélèvements fiscaux et sociaux:

  • 13% du chiffre d'affaires pour le secteur du commerce
  • 23% pour les services (hors profession libĂ©rale)

Pour plus d'informations voir : Le statut d'auto entrepreneurs en 10 points

Double avantage:

  • cela diminue le niveau des charges incompressibles car les charges deviennent vraiment variable,
  • cela joue en faveur d'une grande transparence pour le crĂ©ateur et donc favorise la constitution de prĂ©visionnels efficace. Car Ă  ce jour sauf si vous avez un expert comptable difficile de connaĂ®tre vos prochaines Ă©chĂ©ances en matière sociale.

De plus en fonction de la structure d'évolution de la trésorerie l'entrepreneur pourra opter pour un paiement mensuel ou trimestriel des charges.

3- La protection du patrimoine de l'entrepreneur individuel

L'entrepreneur pourra protéger sa résidence principale (comme c'est le cas depuis plusieurs mois) mais il pourra également protéger son patrimoine fonciers face aux créanciers.

4- Les personnes exerçant «une activité indépendante accessoire» (retraités, les personnes ayant une activité salariée) ne devront plus s'immatriculer au registre du commerce dès lors que l'activité ne dépassera pas un certain seuil de chiffre d'affaires.

5- Le régime d'autorisation pour la transformation des locaux d'habitation en locaux commerciaux sera en outre supprimé pour les rez-de-chaussée et assoupli pour les HLM.

6-Pour stimuler la reprise et la transmission la loi prévoit que les taux de mutation quel que soit le statut des sociétés sera de 3% alors qu'aujourd'hui les taux varient 1,1% à 5%.

7- Pour faciliter le rachat par les salariés, il y aura suppression totale de ces droits, dès lors que la valeur du fonds ou des titres ne dépasse pas 300 000 euros.

8- Le recours à l'emprunt pour faciliter l'acquisition par un repreneur d'une entreprise sera facilité: l'emprunt destiné à acquérir au minimum 2% d'une entreprise permettra une réduction d'impôt basé sur les intérêts. Au total la réduction d'impôt ne pourra excéder 20 000 euros pour une personne seule, 40 000 euros pour un couple).

 

123 venture

Jusqu'Ă  prĂ©sent les particuliers souhaitant investir dans des PME-PMI non cĂ´tĂ©es avaient deux possibilitĂ©s :

- avoir identifié personnellement une ou plusieurs entreprises (investir directement ou via une SUIR),

- investir auprĂ©s d'organismes chargĂ©s de collecter des fonds pour prendre des participations dans des PME-PMI (ex : FCPI, FIP...)

Une troisième alternative s'offre Ă  vous aujourd'hui :

La Banque PrivĂ©e EuropĂ©enne (BPE) et 123 Venture proposent un nouveau placement pour votre Ă©pargne : vous leur apportez au minimum 200 000 euros et ils se chargent de placer cet argent dans des entreprises non cotĂ©es sur un marchĂ© boursier. De plus vous avez la possibilitĂ© de choisir le niveau de risque et de rentabilitĂ© espĂ©rĂ© : financement de la crĂ©ation d'entreprise, financement du dĂ©veloppement, financement d'opĂ©ration de rachat.

Aprés quelques mois d'existence il conviendra d'étudier comment cette épargne sera mobilisée: prioritairement en capital risque (on peut rêver) ou en capital transmission- LBO- (on peut le craindre).

Ce qui est intéressant avec cet instrument financier c'est que sur une même entreprise il sera possible de mobiliser de l'argent en provenance d'une société de capital risque (par exemple celui de 123 venture) et de l'argent en provenance de particuliers.

Ce faisant cela peut permettre de boucler plus rapidement un tour de table

Né en 2001, le fonds créé par Olivier Goy a réussi son pari d'ouvrir le non coté aux particuliers. Aujourd'hui, l'investisseur gère 475 M€ pour plus de 30 000 clients et aimerait bien aussi séduire les LP's..

NĂ© le 4 septembre 2001, 123 Venture connaĂ®t les situations tourmentĂ©es. Mais sept annĂ©es plus tard, le fonds lancĂ© par Olivier Goy (photo ci-dessous) a rĂ©ussi son pari osĂ© de l'Ă©poque : offrir aux particuliers des solutions d'investissement en private equity - qu'ils aient 100€ ou plusieurs millions Ă  placer. "Mon idĂ©e Ă©tait que le non-cotĂ© Ă©tait rĂ©servĂ© aux investisseurs institutionnels en raison des minima d'investissements, de structures juridiques et fiscales lourdes, et de la complexitĂ© de choisir les meilleures Ă©quipes de gestion" explique-t-il. Cet ancien transfuge de Partech a rĂ©ussi au dĂ©but des annĂ©es 2000 Ă  convaincre ses anciens patrons de croire en son projet innovant, et ils en Ă©taient devenus les premiers actionnaires. Après des dĂ©buts difficiles en raison d'un contexte de marchĂ© dĂ©gradĂ© - il avait Ă  l'Ă©poque mis plusieurs mois Ă  boucler son premier fonds d'1 M€! - Olivier Goy s'est progressivement immiscĂ© lĂ  oĂą on ne l'attendait pas, et est parvenu Ă  son objectif : dĂ©mocratiser l'accès au capital-investissement. Aujourd'hui, l'investisseur gère 475 M€ pour plus de 30 000 clients.

La gamme de fonds

Le VC propose quatre gammes de fonds: le FCP 123 Convictions, accessible à partir de 100€ et géré en partenariat avec la Financière de l'Echiquier, a une stratégie de "stock-picking" et prend des participations dans des acteurs cotés du private equity, tels les Wendel, 3i et autres Eurazeo. Puis, les FCPI et les FIP, initiés en 2002 et 2004, ont pour mission d'investir dans des véhicules de partenaires spécialistes sur la place, ou encore de co-investir aux côtés de ces fonds sur certains dossiers. "Nous n'avons pas la prétention de savoir mieux appréhender les dossiers que des professionnels spécialisés sur un segment, c'est pourquoi nous choisissons les investisseurs les plus performants dans leur domaine", indique Olivier Goy. En 2007, 123 Venture a été le plus gros collecteur de FIP, avec 87 M€ recueillis. Enfin, l'investisseur effectue depuis 2005 des mandats de gestion personnalisée pour le compte de chefs d'entreprise fortunés, avec une souscription minimale de 200 K€.

Dans la foulée de la loi Tepa, 123 Venture s'est aussi lancé l'an passé dans l'aventure des FIP et holdings ISF. En 2008, le fonds a récolté en l'espace d'un mois 40 M€ pour son FIP ISF: 123 Capital PME. La holding ISF, 123 Rendement PME, a quant à elle engrangé 43 M€ de souscriptions.

Philosophie d'investissement

Le ticket moyen d'investissement est d'1 à 6 M€, mais le fonds ne se pose aucune limite quant à la nature des opérations financées, ni à la taille des sociétés soutenues. Dans quelques dossiers particuliers, 123 Venture peut même être amené à investir en solo, comme pour YesforLov, EGO Paris ou encore Erborian (lire articles ci-dessous). L'ambition d'123 Venture est maintenant d'approcher les investisseurs institutionnels et c'est pourquoi il a recruté le binôme, Paul de Fréminville et Eric Filippon (photos ci-contre) il y a un an. "Ce sont des experts de l'investissement direct puisqu'ils avaient été respectivement président et membre du directoire de CDC Equity Capital", rappelle Olivier Goy. Dans un univers financier sinistré, la tâche s'annonce plus ardue, mais l'objectif reste de lever 100 M€ d'ici fin 2009.

L'Ă©quipe

Un troisième associé, Richard Allanic (photo de gauche), et le responsable du développement et des relations investisseurs, Xavier Anthonioz (photo de droite), viennent compléter l'équipe des cinq membres du directoire. Ils pilotent une équipe de 19 personnes, qui devrait passer à 23 d'ici peu. Une dizaine de personnes est dédiée à la gestion, tandis que les autres salariés s'occupent de la relation client ou du back et du middle-office.

 

La 11 ème édition du Concours National d'Aide à la Création d'Entreprises de Technologies Innovante

topLa vocation du "concours" est de détecter, de faire émerger des projets de création d'entreprises de technologies innovantes et de récompenser les meilleurs d'entre eux grâce à un soutien financier et un accompagnement adapté.

2 catégories de projets peuvent ainsi être présentées:

  • les projets " en Ă©mergence ", qui nĂ©cessitent encore une phase de maturation et de validation technique, Ă©conomique et juridique peuvent bĂ©nĂ©ficier d'une subvention d'un montant de 45 000 € maximum pour financer les prestations nĂ©cessaires Ă  la maturation de leur projet.
  • les projets " crĂ©ation-dĂ©veloppement ", dont la preuve du concept est dĂ©jĂ  Ă©tablie et dont la crĂ©ation d'entreprise peut ĂŞtre envisagĂ©e Ă  court terme peuvent bĂ©nĂ©ficier d'une subvention d'un montant de 450 000 € maximum destinĂ©e les aider Ă  financer leur programme d'innovation.

Depuis maintenant 10 ans, le ministère chargé de la recherche oeuvre pour favoriser la création d'entreprises innovantes et renforcer le soutien à l'innovation. Au fil des années le concours est devenu une des pièces majeures de ce dispositif de soutien à l'innovation.

La procédure pour participer est la suivante:

A partir du 1er dĂ©cembre 2009 :

  • les dossiers de participation seront disponibles sur les sites internet du ministère de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche : www.enseignementsup-recherche.gouv.fr et d’OSEO: ainsi qu’auprès des dĂ©lĂ©gations rĂ©gionales Ă  la recherche et Ă  la technologie (DRRT) et des directions rĂ©gionales d’OSEO.

Pour l’édition 2009, une nouveautĂ© dans le règlement du Concours : les entreprises crĂ©Ă©es depuis le 30 juin 2008 peuvent concourir dans la catĂ©gorie « crĂ©ation-dĂ©veloppement ».

Déposés dans les directions régionales d'OSEO, les projets font l'objet d'expertises approfondies d'OSEO et d'un réseau d'expertise externe. Les porteurs des projets les plus prometteurs peuvent être contactés pour des entretiens avec le réseau d'expertise externe.

Une harmonisation intra-régionale et sectorielle et inter-régionale et sectorielle est effectuée par le réseau externe afin de garantir le caractère national et équitable du concours. Sur cette base, les jurys régionaux présélectionnent les meilleurs projets de leur région parmi lesquels le jury national choisit les lauréats et définit le montant de la subvention accordée à chacun des projets lauréats.

Date limite du dépôt du dossier: 29 janvier 2009.

Bilan du concours:

  • Depuis 1999, les jurys ont sĂ©lectionnĂ© plus de 1. 800 laurĂ©ats.
  • 50 % des projets portĂ©s par ces laurĂ©ats valorisent des rĂ©sultats de la recherche publique.
  • Le concours contribue Ă  la crĂ©ation de quelque 120 entreprises de technologies innovantes par an.
  • Les entreprises du concours emploient en moyenne 7 personnes dont la moitiĂ© dans la R&D.

Plus d'informations: Concours National d'Aide à la Création d'Entreprises de Technologies Innovante