ALTO-STUDIO
 

Un brevet français plus attractif

busineefinanceUn ensemble de mesures en faveur de la propriété intellectuelle est entré en application le 1er mai pour inciter les entreprises de moins de 1 000 salariés à déposer des brevets en France.

Le taux de réduction sur les principales redevances liées au dépôt de brevets français passe de 25 à 50 %.

L'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) étend désormais cette réduction aux entreprises employant moins de 1 000 salariés. Cette mesure dont l'objectif est d'inciter les entreprises moyennes à protéger et valoriser leurs innovations s'ajoute à celles qui ont été prises par la France pour promouvoir le brevet européen.

L'accord de Londres, entré en vigueur le 1er mai dans 13 Etats européens*, prévoit en effet que toutes les entreprises déposant un brevet européen bénéficieront du nouveau régime simplifié de traduction des brevets européens déposés en français, anglais, allemand, mais sans obligation de traduction des descriptions de l'invention dans chacune des langues européennes. Les entreprises feront ainsi une économie de 25 à 30 % sur les traductions de leurs brevets européens.

-*Allemagne, Danemark, France, Islande, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, Royaume-Uni, Slovénie, Suède, Suisse.

 

Software Business Angels: un réseau de Business Angels sur la filière logiciel

AngelmicrosoftEn novembre 2007 nous avions abordé la création d'un nouveau réseau de business angels: Software Business Angels

La mission de ce pool consiste à fédérer tous les Business Angels français ou étrangers intéressés par l'nvestissement dans le secteur du logiciel, puis d'aller à la rencontre des entreprises innovantes, en quête de financement d'amorçage (phase de conception de la première version bêta, de dépôt du brevet...).

Ce réseau d'investissement coexistera avec ceux présents sur tout le territoire national. Sachant que ces derniers ne sont pas thématiques mais géographiques ( les membres d'un réseau local investissement sur des projets liés à leur département voire à leur région).

Ce faisant le Président Software Business Angels, monsieur Guy Gourevitch, indique que pour les projets logiciels cette nouvelle structure jouera le rôle de porte d'entrée permettant dans un second temps:

  • d'orienter l'entrepreneur sur le rĂ©seau local compĂ©tent
  • d'investir Ă©ventuellement en parallèle avec le rĂ©seau local.

Plus d'informations: www.softwarebusinessangels.com

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Facebook, MySpace, Sun, Cadence Design System, Microsoft, Apple: ces groupes peuvent vous aider gratuitement

businessfinance
Il fut un temps où lorsqu'une entreprise concevait puis lançait une application ou un nouveau service, cette dernière développait tout un arsenal pour contrôler au maximum la courbe de vie du produit.

S'il était envisageable de sous-traiter la production, il paraissait inconcevable de faire appel à des tiers indépendants et non choisis pour enrichir la gamme et proposer de nouvelles applications.

Depuis on a franchi un cap, puisque non seulement certaines entreprises sont prĂŞtes Ă  collaborer avec des prestataires professionnels reconnus, mais d'autres pratiquent l'appel public Ă  l'innovation.

On connaissait l'appel public à l'épargne, ce mécanisme qui permet à une entreprise de lever des fonds auprès de n'importe quels épargnants. Avec cette pratique boursière, une entreprise peut être financée sans jamais connaître personnellement tous ses actionnaires.

Et bien maintenant nous assistons à l'appel public à l'innovation où des entreprises de tailles mondiales mettent en place des aides voire des financements pour tous créateurs pouvant leur amener directement ou indirectement un supplément de chiffre d'affaires via la proposition de nouvelles applications.

Vous voulez des exemples ? je vous invite donc Ă  lire l'article que j'ai publiĂ© sur le bolg de StĂ©phane THOMAS: www.simpleentrepreneur.com

Bonne lecture, je l'espère....

 

Alven Capital

alvenGuillaume Aubin, Charles Letourneur et Nicolas Celier ont créé la société de capital risque: Alven Capital pour prendre des participations dans des entreprises innovantes comme:

  • seloger.com (site de publication d'annonces d'agences immobilières)
  • Pickup (Ă©diteur de progiciels)

Ainsi ils investissent dans les nouveaux médias, les services innovants, les éditeurs de logiciels....

La société vient de lever 100 Millions d'euros.....avec comme objectif officiel d'investir entre autre dès la phase d'amorçage.

Les projets devront ĂŞtre ambitieux puisqu'ils interviendront entre 2 et 5 millions.

Sachant qu'en schématisant lorsque vous apportez 2 millions au capital vous pouvez mobiliser à minima 1 à 2 millions d'euros auprès de votre banquier, vous voyez l'envergure que devra avoir votre projet: un budget d'investissement et de dépense entre 3 et 4 millions d'euros.

Deux exemples d'investissements auprès d'entreprises made in france:

  • MyFab.com, un site d'achat groupĂ© (2 millions d'euros)
  • Splendia.com avec un tour de table de 3 millions d'euros pour financer le dĂ©veloppement d'un site de tourisme en ligne destinĂ© aux sĂ©jours de luxe.
 

Une vidéo pour expliquer comment un capital risqueur a financé CYTHERUS

Cette vidéo d'une qualité pédagogique excellente répond à une question fondamentale:

Comment trouver des financements pour une jeune entreprise innovante du secteur des biotechnologies ?

A partir de l'entreprise Cythéris qui développe une seule protéine qui pourrait déboucher sur d'immenses possibilités de traitement de maladies immuno-déficientes (Sida, cancers) nous allons appréhender comment raisonne le capital risqueur pour investir de l'argent dans une société qui n'a pas encore généré de chiffre d'affaires ( donc en phase d'amorçage).