ALTO-STUDIO
 

Le capital investissement d'Israël à l'Algérie...

businessfinance

Si on analyse le poids du capital investissement au sein des 11 pays de la région méditerranéenne partenaires de l'Union européenne plusieurs remarques:



  • IsraĂ«l arrive en tĂŞte avec 181 fonds dĂ©diĂ©s au capital investissement d'un montant global de plus de 16,7 milliards de dollars. L'activitĂ© capĂ®tal risque a vraiment pris de l'ampleur Ă  partir des annĂ©es 1990,
  • le Maroc est en seconde position avec 18 fonds qui reprĂ©sente 846 millions de dollars,
  • En troisième position nous avons l'Egypte qui compte 10 fonds et 611 millions de dollars en capitaux levĂ©s,
  • la Tunisie avec 9 fonds pour 64 millions de dollars arrive en quatrième position.

Les derniers de la classe régionale s'appellent Algérie, Libye, Syrie et Palestine. Ces derniers accueillent peu ou pas du tout d'activités de capital investissement.

 

La NASA vous propose d'envoyer votre nom sur la lune!

luneEn allant sur le site avant le 27 juin, Send your name to the Moon, chacun aura la possibilité d'envoyer son nom sur la lune.

Cette opération s'inscrit dans une démarche plus globale qui consiste à reconquérir la lune d'ci 2020.

Le Principe:

La Nasa va constituer une banque de données qui sera transférée sur une puce électronique qui elle même sera positionnée dans la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) qui doit être lancée vers la lune d'ici la fin de l'année.

La sonde LRO a d'autres objectifs que de nous rendre immortel (une trace de nous dans l'infini pour l'éternité, snif!!!)

La mission principale est de constituer une carte prĂ©cise de la lune : «Notre objectif est de crĂ©er une espèce de Google Moon, un peu similaire Ă  Google Earth» a expliquĂ© Craig Tooley, ingĂ©nieur Ă  la Nasa, dans une entrevue Ă  CBS. «Nous allons constituer un atlas destinĂ© aux gens qui auront la responsabilitĂ© de retourner l'homme sur la lune».

Notons que l'embouteillage guette la haut car déjà plus de 60 00 personnes ont signés...

Je connais des personnes qui ont déjà réservé le nom de domaine de leurs enfants pourtant en bas âge. Comme cela dans 15-20 ans ils pourront disposer d'une adresse mail comportant leur nom et prénom.

Je ne serai pas étonné que certain en face de même avec la mission LRO.

 

Le marché des idées existe je l'ai rencontré....

ideesLe jeu de l'offre et de la demande s'il est connu de tous, il est des domaines où on ne l'attend pas forcément...

C'est le cas avec deux plateformes d'intermédiation qui mettent en relation:

- des personnes ou des entreprises qui ont des idées de business

et

- des personnes ou des entreprises qui sont à l'affût d'opportunités.

Bien évidemment les personnes intéressées par une idée ou un concept doivent payer pour voir....

Vous voulez en savoir plus sur ces deux places de marchĂ© ?

DĂ©pĂ´t concept

2 services proposĂ©s :

1. Vous déposez sur le site vos propres idées/concepts de création d'entreprises et vous disposez d'un moyen de preuve d'antériorité,

2. Les "chercheurs d'idées" consultent la base de données en ligne qui répertorie les idées. L'accès à la base est payant à la consultation.

Le site indique la différence entre une idée protégeable (qui renvoie plus à une notion de concept) et une idée ouverte à tout le monde:

"Dépôt-concept essaie de vous expliciter qu'une simple idée n'est pas protégeable s'il est impossible de rendre cette idée unique et concrète. En effet, ce qui est protégeable doit relever d'une création de l'esprit, une sorte de valeur ajoutée intellectuelle ( la Propriété Intellectuelle), qui pourquoi pas, peut devenir un élément de Propriété Industrielle (assorti d'un titre de Propriété Industrielle, comme les brevets, les marques, les dessins et modèles...).

Une idée peut éventuellement être prouvée grâce à une preuve d'antériorité, garante du lien existant à un moment donné ( preuve de date certaine) entre une création, un contenu et une date. Nous aidons nos utilisateurs dans ce sens: faire un dépôt en ligne, obtenir un copyright officiel valide tant en France qu'à l'étranger ( Convention de Berne), via un dépôt huissier et un dépôt sous enveloppe Soleau des signatures de vos fichiers.

Attention: tant que l'idée reste au stade d'impalpable, floue, ou non concrète, il sera difficile de prétendre à un quelconque droit opposable à un tiers en cas de "copie", de plagiat ou de contrefaçon.

Il faut absolument écrire de façon détaillée et construite votre idée, de sorte d'en faire ressortir un concept, une création, votre touche personnelle, votre scénario qui enchaîne les idées. L'enchaînement, la construction, c'est votre création. C'est votre création qui deviendra protégeable.

Ainsi un concept d'émission ou de jeu pour la télévision peut être protégé car ces derniers constituent tous un projet scénarisé, un texte écrit, qui inclut des règles de jeu, un processus, une ambiance, un design. Tout cela est un scénario qui relève du droit d'auteur.

Deux exemples:

  • le jeopardy : l'idĂ©e est de donner une rĂ©ponse et faire trouver aux candidats la question unique qui aurait donnĂ© cette rĂ©ponse. C'est une idĂ©e, mais ce qui est le centre de cette Ă©mission, c'est son organisation. Comment on organise les questions, les manches, comment on sĂ©lectionne les candidats.
  • faire le plus long mot possible avec des lettres. IdĂ©e vague. Vous obtenez donc soit le Scrabble, soit les chiffres et les lettres sur France2.

Brainstormeur

Apparemment ce service est destiné exclusivement aux particuliers pour la proposition d'idée et aux entreprises qui elles seules sont en mesure d'acheter l'idée, le concept.

Autre fonction proposée par Brainstormeur: le service brainstorming

Une entreprise souhaite développer un sujet, un business...ce faisant elle le soumet à un panel de particuliers/consommateurs qui en échange lui fait des propositions de concept en lien avec le sujet.

Une Digression qui n'en ait pas une:

Cette semaine j'ai eu un meeting avec un étudiant de l'ESCP qui réalise un mémoire sur les différences entre l'entrepreunariat hexagonal et celui des pays voisins. Nous avons abordé différentes thématiques dont le capital risque_ en France puis nous avons enchaîne sur différentes idées de business qu'il a.

Et la question tant redoutée est arrivée: est ce que j'ai des idées de business ? et là j'ai été un peu sec, car au-delà de généralités sur des filières que l'on pense porteuses, difficile d'être précis et concret.

La prochaine fois je répondrai: allez voir ces deux plateformes de marché et surtout faites moi un feed back car je ne les ai pas pratiquées...

A suivre donc

 

Rester indépendant...sans capitaux risqueurs

businessfinance

Une des spécificités de la net économie c'est sa dualité car coexiste à la fois des projets qui par nature sont consommateurs en fonds avec d'autres qui peuvent se développer au fil de l'eau sans gros moyens.

En effet la baisse continue des produits hardware, la possibilité d'accéder à des solutions logicielles en open source ont diminué fortement le coût de développement d'un nouveau service.

Ce faisant des start up ne sont plus obligés de recourir au financement émanant de sociétés de capital risque.

Ainsi la magazine en ligne FLAVORPILL qui compile les activités culturelles de différentes villes (New york, Londres...) a été développé par 2 créateurs...plus de 300 000 lecteurs dans le monde par semaine...

 

Futurs Business Angels ou Investisseurs dans des FCPI ou FIP ISF...quelques conseils....

martin

Cet article a été écrit par Jérôme MARTIN, fondateur du cabinet PHOTEUS spécialisé dans le conseil en gestion de patrimoine avec une expertise particulière dans le développement durable.


Les redevables de l'ISF ont théoriquement jusqu'au 16 juin 2008 à minuit pour tenter de réduire le montant de leur impôt de solidarité sur la fortune dans le cadre de la toute nouvelle loi TEPA soit par:

  • une souscription directe au capital d'une PME,
  • le biais d'une holding qui se chargera de cet investissement dĂ©licat Ă  leur place,
  • l'acquisition de parts d'un Fonds Commun de Placement dans l'Innovation (FCPI), d'un Fonds d'Investissement de ProximitĂ© (FIP) ou d'un Fonds Commun de Placement Ă  Risque (FCPR).

Mais il y a fort à parier que la chasse à la perle rare sera fermée avant la date fatidique prévue par les textes. La plupart des FIP et FCPI ISF ont d'ailleurs fixé comme date limite de souscription le 15 mai.

Il paraît en outre bien improbable que les quelques FIP et FCPI ISF lancés dans la précipitation ces dernières semaines soient capables d'absorber les 4 milliards d'euros versés chaque année au Trésor par les contribuables les plus aisés. Il faudra certainement plusieurs années au marché français pour s'adapter à ce nouvel afflux de capitaux.

Les investisseurs les moins aguerris pressentent déjà qu'ils pourraient rentrer sans gibier dans la besace et, dans le maquis de la défiscalisation, une certaine fébrilité commence à se faire sentir.

Pour autant, il ne faudrait pas que la pénurie ambiante pousse les jusqu'au-boutistes de la réduction fiscale à porter leur dévolu in extremis vers des cibles qui n'offrent aucune réelle perspective de développement.

Il serait en effet désastreux pour l'économie française que plusieurs dizaines de millions d'euros, initialement destinés à dynamiser le tissu économique de proximité, soient finalement investis à perte dans des projets mal ficelés voire, et ce n'est pas à exclure, malhonnêtes.

C'est pourquoi je vous propose ci-après quelques règles de bon sens avant de prendre votre décision finale. Et si vous ne trouvez pas chaussure à votre pied, mieux vaudra peut-être s'abstenir cette année et se contenter, comme à l'accoutumée, de payer son ISF. Vous pourrez vous consoler en songeant qu'une fraction de cette somme servira à réduire notre déficit budgétaire... Et vous aurez jusqu'à la mi-juin 2009 pour préparer en connaissance de cause votre prochaine réduction d'ISF.

Règle n° 1 : Oubliez la rĂ©duction d'impĂ´ts !!!

  • Le gain d'impĂ´ts ne doit pas vous faire oublier de vĂ©rifier les qualitĂ©s intrinsèques du support d'investissement que vous avez choisi.

    Dans l'immobilier, nombre d'investisseurs ont acheté des biens trop chers, poussés par le seul désir d'échapper à un impôt trop souvent diabolisé qui nourrirait un Etat mal géré, et abusés par des commerciaux qui ont parfois argué qu'il était à leur avantage de payer le prix le plus élevé possible puisque cela conduit à une plus grande réduction d'impôts... ( !!!)
  • Toute sociĂ©tĂ© qui vous propose d'investir directement Ă  son capital doit donc ĂŞtre en mesure de vous expliquer prĂ©cisĂ©ment ce qu'elle compte faire de cet argent. Elle doit pouvoir vous fournir de la documentation sur l'Ă©tat de l'art et les perspectives dans le secteur d'activitĂ© sur lequel elle travaille, vous expliquer concrètement quels actifs elle va pouvoir acquĂ©rir grâce Ă  votre financement ou quelle stratĂ©gie elle va pouvoir mettre en oeuvre (recrutement, marketing,...), vous fournir un business plan et un calendrier prĂ©visionnel, vous informer sur le contexte rĂ©glementaire... D'une part, la qualitĂ© des documents produits vous donnera de prĂ©cieux indices sur le professionnalisme de l'Ă©quipe dirigeante. D'autre part, les aigrefins prennent rarement la peine et le temps de constituer un dossier circonstanciĂ©.

    Vous pouvez aussi vous fier à l'historique des performances des gestionnaires de FIP ou FCPI. Certaines équipes investissent avec succès dans les PME depuis presque une dizaine d'années. Certes, ce n'est pas un critère suffisant (un bon gestionnaire n'est pas à l'abri de commettre une erreur d'appréciation) mais c'est certainement une marque de professionnalisme avéré.

Bref, fuyez sans regrets toute société qui vous propose d'investir à son capital avec le seul argument que cela vous permettra de réduire votre impôt. La probabilité que vous ne revoyez jamais vos fonds serait, dans le cas contraire, très élevée.

Règle n°2 : Evitez les empilements de frais

Bien conscients que les opportunités seraient rares, certains n'hésitent pas à vous proposer des droits d'entrée et des commissions de gestion très élevés.

Une étude parue récemment montre d'ailleurs que les FCPI sont de bien mauvais élèves en la matière: on a ainsi constaté que certains de ces produits lancés il y a huit ans ont fini franchement dans le rouge, non pas parce que la gestion avait démérité, mais uniquement à cause de la lourdeur déraisonnable des commissions de gestion, certains gérants ayant ponctionné jusqu'à 40% de l'encours initial alors que la performance de leurs placements était, dans le même temps, à tous les sens du terme, nulle...

Non seulement la performance négative a été supérieure au gain fiscal, mais en outre, le montage a permis de rémunérer grassement des gérants qui ont fait moins bien que le livret A.

Pour souscrire à des parts de FIP ou FCPI, passer donc de préférence par de grosses plateformes Internet qui peuvent se permettre de ne prélever que très peu de droits d'entrée (les droits d'entrée servent en effet principalement à rétribuer le distributeur et, dans une moindre mesure, le gestionnaire). Ce sera toujours autant de gagner si la performance n'est pas au rendez-vous.

Pour les investissements en direct ou via une holding, sĂ©lectionnez les gestionnaires qui acceptent de se rĂ©munĂ©rer sur la performance de leur produit et non sur les encours versĂ©s quelle que soit la rentabilitĂ© du placement. Un bon gestionnaire, qui croit en son produit, ira parfois jusqu'Ă  investir Ă  vos cĂ´tĂ©s : c'est un engagement qui vaut beaucoup de promesses.

Règle n°3 : VĂ©rifiez le montage proposĂ©

La loi TEPA exige le respect d'un certain nombre de critères liés à la qualité de l'entreprise qui reçoit vos fonds. Pour faire simple, il doit s'agir d'une PME européenne non cotée.

J'attire votre attention sur les montages qui font intervenir des holdings. En effet, pour bénéficier de la réduction d'ISF en 2008, vous devez non seulement avoir souscrit au capital de la holding avant le 16 juin 2008, mais cette dernière doit elle-même avoir investi 100% de son capital dans des entreprises opérationnelles avant cette même date.

Et c'est bien lĂ  que le bât blesse : la sĂ©lection d'une entreprise opĂ©rationnelle cible n'est pas l'affaire de quelques jours ou semaines ; il faut crĂ©er une relation de confiance, procĂ©der aux due-diligences, Ă©tablir des contrats...

Bref, beaucoup de holdings ne parviendront pas à investir 100% des capitaux collectés avant le 16 juin et il en résultera une réduction ou une une remise en cause de l'avantage fiscal.

Et si elles y parviennent, il faut vérifier que ce n'est pas au détriment de la qualité des investissements réalisés...

Pour être en mesure de respecter l'échéance du 16 juin, les holdings doivent donc être en mesure de vous indiquer dès aujourd'hui avec précision la liste des sociétés opérationnelles dans lesquelles elles vont investir (les contrats doivent déjà avoir été signés). Bien évidemment, dans le cas où c'est la holding qui crée elle-même des filiales opérationnelles, cette condition est plus simple à réaliser.

Dans tous les cas, exigez le KBIS de la holding, voire celui des sociétés opérationnelles.

La loi a prĂ©vu une Ă©chappatoire Ă  la règle ci-dessus en instaurant la notion de « holding animatrice de son groupe ». Il s'agit de holdings qui, outre la gestion d'un portefeuille de participations:

  • participent activement Ă  la conduite de la politique de leur groupe et au contrĂ´le de leurs filiales;
  • et rendent le cas Ă©chĂ©ant et Ă  titre purement interne, des services spĂ©cifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers.
  • L'intĂ©rĂŞt de souscrire au capital d'une holding animatrice, c'est que votre investissement ouvre directement droit Ă  la rĂ©duction d'impĂ´ts. Nul besoin que la holding souscrive au capital d'une autre sociĂ©tĂ© opĂ©rationnelle avant le 16 juin. Evidemment, de nombreux gestionnaires se sont engouffrĂ©s dans cette brèche offerte par le lĂ©gislateur... Charge Ă  eux de vous prouver que, en plus de faire de l'animation sur Internet, leur holding anime effectivement un groupe de filiales... Il est Ă  parier que le TrĂ©sor sera particulièrement intransigeant sur ce point, Ă©tant donnĂ© que l'objectif de la loi est d'apporter des capitaux dans des sociĂ©tĂ©s qui crĂ©ent de la valeur pour le pays.

Règle n°4 : L'habit ne fait pas le moine

Certes, un investissement financier requiert l'Ă©tablissement prĂ©alable d'une relation de confiance entre l'investisseur et le gestionnaire. Mais confiance n'est pas synonyme d'aveuglement. Rien ne vous empĂŞche de demander Ă  votre gestionnaire des preuves tangibles de ses compĂ©tences et de sa bienveillance : ce peut ĂŞtre un CV et un extrait de casier judiciaire par exemple. Vous pouvez aussi chercher sur Internet des informations sur les dirigeants (voir par exemple oĂą ils ont fait leurs Ă©tudes, s'ils ont dĂ©jĂ  publiĂ© des articles sur le sujet qu'ils prĂ©tendent connaĂ®tre, ...).

Essayez de rassembler un maximum d'informations qui vous convaincront que votre gestionnaire saura faire bon usage de votre argent et ne s'envolera pas avec "la caisse" dès le 16 juin.

Règle n°5 : Attention Ă  l'appel public Ă  l'Ă©pargne

A moins d'avoir demandĂ© un agrĂ©ment auprès de l'AutoritĂ© des MarchĂ©s Financiers (AMF), une sociĂ©tĂ© opĂ©rationnelle ou une holding ne peut pas faire appel public Ă  l'Ă©pargne: cela signifie qu'elle ne peut pas placer ses actions ou parts sociales dans le public sans une autorisation prĂ©alable. Il existe cependant un certain nombre de dĂ©rogations Ă  cette règle dont les principales sont :

  • tant que la sociĂ©tĂ© opĂ©rationnelle ou la holding a moins de 100 associĂ©s, elle est prĂ©sumĂ©e ne pas avoir fait appel public Ă  l'Ă©pargne;
  • elle n'est pas limitĂ©e dans le nombre de ses associĂ©s « investisseurs qualifiĂ©s ». Un « investisseur qualifiĂ© » est, au cas prĂ©sent, une personne physique qui remplit certaines conditions de revenu et d'expĂ©rience en matière financière (au moins deux des trois critères suivants : portefeuille financier supĂ©rieur Ă  500 000 euros, rĂ©alisation d'opĂ©rations financières rĂ©currentes, expĂ©rience professionnelle d'au moins un an dans le secteur financier), et qui accepte de s'inscrire comme tel dans un fichier prĂ©vu Ă  cet effet par l'AMF.

Attention, dans tous les cas (même dans les cas dérogatoires énumérés ci-dessus), il est impossible de faire de la publicité, de démarcher un client ou de faire commercialiser un instrument financier par un réseau de conseillers en gestion de patrimoine sans avoir fait au préalable appel public à l'épargne.

C'est un point à surveiller de près car si la société dans laquelle vous investissez fait appel public à l'épargne sans y être autorisée, son gérant et elle-même encourent de lourdes sanctions. La société pourrait être dissoute et, par voie de conséquence, l'avantage fiscal serait remis en cause.

Règle n° 6 : Ne faites aucune souscription en nom propre !!!

Cela va sans dire : le chèque de votre souscription doit ĂŞtre libellĂ© Ă  l'ordre de l'entreprise dans laquelle vous investissez. Ne signez jamais un chèque Ă  l'ordre d'une personne physique ou d'une soi-disant sociĂ©tĂ© intermĂ©diaire...

Plus d'information contacter: http://www.photeus.info/spip/

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose l'article suivant: