ALTO-STUDIO
 

Le business enseigné en Russie...une ruse de l'histoire

Russie

Que le temps est loin o√Ļ la planification veillait au ¬ę bonheur de chacun? ¬Ľ.

Eh oui ! sous le r√©gime communiste pas besoin d'enseigner l'√©conomie et le business puisque tout √©tait pr√©visible et rationnel....



Comme l'indique Ruben Vardanian, jeune patron (38 ans) de la banque d'investissement Troika Dialog pendant plus de 70 ans ¬ę il n'y a eu aucun enseignement des affaires en Russie ¬Ľ. Ainsi Ruben Vardanian a pris les devants en lan√ßant ce projet qui va co√Ľter 300 milllions d'euros pour offrir sur 25 hectares de terrains:

  • des programmes de formation de type MBA sur 18 mois √† des jeunes cadres,
  • des stagiaires issus de diff√©rents pays: la premi√®re promotion de 150 √† 200 √©l√®ves attendue en 2008-2009 devrait attirer au minimum un quart d'√©tudiants √©trangers en provenance des pays √©mergents, Chine, Inde et Br√©sil.
  • des cours en anglais pour les premi√®res promotions puis en russe, chinois et espagnol.

Cette business school présente une approche que je trouve intéressante:

Les formations seront pensées afin de stimuler la création d'entreprises. D'ailleurs les stagiaires qui à l'issue de la formation voudront lancer leur affaires trouveront des financement de type capital risque.

Pour concevoir leur Business School les Russes se sont inspirés entre autre du modèle américain et européen, par contre s'ils parviennent à transformer des cadres en chefs d'entreprises alors là cela sera à nous d'aller prendre des leçons.

Car force est de constater qu'en France les écoles de commerce et autres MBA ne constituent pas une source de captation de futurs créateurs d'entreprises.

Le cursus co√Ľtera 50 000 dollars mais avec la possibilit√© de mobiliser des aides afin que la s√©lection ne soit pas que financi√®re.

Notons qu'il existe d'autres MBA mais visiblement de moindre importance ; en effet compte tenu du d√©veloppement √©conomique du pays, la Russie a un besoin urgent de cadres disposant d'une forte culture en gestion des entreprises.

Vlademir Poutine en septembre 2006 est venu poser la première pierre de cette Business-school russe.

La Skolkovo Moscow School of Management a pour objectif de concurrencer les Insead et autres Haward....

Pour financer cette école nos amis russes ont eu recours à une technique de financement employée depuis des lustres par nos amis américains... le parrainage. En effet 14 grosses fortunes ont versé au total 100 millions de dollars.

Ce cher Karl Marx qui avait prédit la fin du capitalisme doit se retourner dans sa tombe en voyant comment évolue la russie.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Pour vous tenir au courant des derniers commentaires

Certains d'entre-vous souhaiteraient √™tre inform√©s d√®s la parution d'un nouveau commentaire, la solution :

Vous abonner au flux RSS des commentaires.

Comment faire ?

Au sein de la colonne de droite de ce blog vous avez différentes catégories dont la dernière qui est représentée ci-dessous: filrss





filrsscommentairesEn cliquant sur cet onglet vous aller pouvoir être informé directement dès qu'un nouveau commentaire est publié en réponse au votre.





La page NETVIBES va vous proposer la fenêtre suivante:

okvisualiser


Vous choisissez de visualiser le rendu en cliquant sur "OK, Prévisualiser"



Une nouvelle fen√™tre appara√ģt et vous indique le rendu que cela aura:

apercucommentaires











Vous cliquez sur "oui ajouter à ma page"...









...et vous obtenez une information régulière de tous les nouveaux billets publiés sur capitalsocial.fr ou d'autres blog. Il vous suffit d'ouvrir une fois la platerforme netvibes et vous faites votre veille en tant réel. Voici à Quoi ressemble la mienne.... ( le bloc de gauche m'indique les derniers commentaires sur mon blog)



 

Pour vous tenir au courant des nouveaux billets

Certains d'entre-vous souhaiteraient √™tre inform√©s d√®s la parution d'un nouveau billet, la solution :

Vous abonner au flux RSS.

Comment faire ?

Au sein de la colonne de droite de ce blog vous avez différentes catégories dont la dernière qui est représentée ci-dessous: filrss



filrssbillet En cliquant sur cet onglet vous aller pouvoir être informé directement dès qu'un nouveau billet est publié.









Ce faisant une nouvelle fen√™tre va appara√ģtre:

netvibes





Vous avez la possibilité de choisir quelle plateforme web vous souhaitez utiliser pour afficher les billets. Personnellement j'utilise NETVIBES...

Donc vous pouvez cliquer sur l'onglet "choose your reader", un menu déroulant vous permet de sélectionner NETVIBES.

Une seconde page s'ouvre:

netvibes2


Vous choisissez de visualiser le rendu en cliquant sur "OK, Prévisualiser"

Une nouvelle fen√™tre appara√ģt et vous indique le rendu que cela aura.

netvibes3













Vous cliquez sur "oui ajouter à ma page"...

...et vous obtenez une information régulière de tous les nouveaux billets publiés sur capitalsocial.fr ou d'autres blog. Il vous suffit d'ouvrir une fois la platerforme netvibes (http://www.netvibes.com) et vous faites votre veille en temps réel. Voici à Quoi ressemble la mienne....

 

Devenez capital risqueur

businessfinanceAu lieu de créer une entreprise pour concevoir un produit, vendre un service...je vous propose d'innover..ne faites pas comme tous les créateurs...Démarquez vous!!!

Imaginez l'effet produit lorsqu'à la question " Et toi c'est quoi ton projet ?"

Vous répondez:

"Et bien moi je suis en cours de création de ma société de capital risque !!!"

Franchement c'est une carte de visite originale, non ?

Comment faire ?

Il suffit de créer une Société Unipersonnelle d'Investissement à Risque (SUIR).

Cette structure juridique a pour objectif d'augmenter le nombre de particuliers souhaitant investir directement dans des jeunes entreprises (moins de 5 ans d'existence) de type PME/PMI.

Ainsi un individu, appelé associé unique, peut créer sa propre société de capital risque et investir une partie de son épargne dans le financement d'entreprise.

1- Les conditions au niveau de la SUIR:

  • L'associ√© unique de la SUIR, son conjoint et leurs ascendants et descendants ne peuvent d√©tenir plus de 30 % des droits financiers et de vote des soci√©t√©s cibles, et ne doivent pas avoir atteint ce seuil depuis la cr√©ation des soci√©t√©s cibles
  • L'associ√© unique (ainsi qu'aucun membre de sa famille) ne peut diriger les entreprises financ√©es

2- La SUIR peut intervenir sous différentes manières au sein de l'entreprise cible:

  • Participation au capital par l'achat d'actions ou de parts sociales
  • Financement sous la forme de pr√™t appel√© compte courant (le montant du pr√™t ne peut exc√©der 15% des moyens mobilisables par la SUIR)
  • Consentir √©galement des apports d'autres √©l√©ments dans la limite de 5 % de son actif.

3- Conditions au niveau de l'entreprise financée:

  • Les soci√©t√©s financ√©es via la SUIR doivent √™tre nouvelles au sens fiscal,ou cr√©√©es pour la reprise d'une entreprise en difficult√©, (pour laquelle est intervenu un jugement ordonnant la cession ou pronon√ßant sa liquidation judiciaire)
  • N'est pas consid√©r√©e comme entreprise nouvelle, l'entreprise cr√©√©e dans le cadre d'une concentration, d'une restructuration, d'une extension d'activit√©s pr√©existantes ou reprenant de telles activit√©s.
  • Etre d√©tenues √† plus de 50 % par des personnes physiques ou des personnes morales d√©tenues majoritairement par des personnes physiques
  • Exercer une activit√© commerciale, industrielle ou artisanale
  • Etre cr√©√©es depuis moins de cinq ans,lors de la premi√®re souscription de la SUIR

4- Avantages fiscaux de la SUIR:

  • Exon√©ration pendant 10 ans d'imp√īt sur les soci√©t√©s et de l'IFA sur les revenus et les plus-values
  • Exon√©ration d'imp√īt sur le revenu sur les dividendes vers√©s par la SUIR √† l'associ√© unique, √† condition que les distributions proviennent de b√©n√©fices exon√©r√©s d'IS et que l'associ√© unique ait son domicile fiscal en France ou dans un pays ayant conclu une convention d'assistance visant √† lutter contre la fraude et l'√©vasion fiscale.

    Par contre les dividendes restent soumis aux prélèvements sociaux à hauteur de 11 % des revenus distribués par la SUIR
 

Economiquement le désordre est préférable à l'ordre....

interrogationJ'aurais préféré écrire ce billet le 1er avril mais prime est donnée à l'actualité car chers amis entrepreneurs, consultants, capital risqueur, étudiants... sachez qu'il vaut mieux être désordonné que rigoureux dans ses méthodes de classification.

Ce n'est pas moi qui le clame mais un professeur à la Business School de l'université Columbia de New York (Eric Abrahamson) et un journaliste (David Freedman).

Dans leur livre "Un peu de désordre = beaucoup de profit(s)" ils indiquent que les gens ayant un bureau ordonné passent plus de temps (36 % en moyenne) à chercher quelque chose sur leur lieu de travail que ceux qui ont un bureau désordonné.

En effet un bureau en désordre peut représenter un système d'organisation et de hiérarchisation de l'information très efficace.

La recherche d'une organisation rigoureuse non seulement serait contre productive mais en plus elle co√Ľterait tr√®s cher car:

  • certaines entreprises ont recours √† des consultants,
  • organiser rime en g√©n√©ral avec investissement, achat de logiciel, de mat√©riel...

Si bien que les auteurs évaluent le marché de l'ordre en milliards de dollars.

Ce faisant accepter un peu de désordre serait générateur d'économie: en effet à quoi bon ranger un document lorsque vous disposez d'un moteur de recherche permettant de le retrouver rapidement.

En plus le désordre stimule la créativité:

Combien de progr√®s scientifiques, de grandes r√©alisations sont le fruit d'un prodigieux d√©sordre : la d√©couverte de la p√©nicilline, celle des plastiques conducteurs, l'observation du rayonnement fossile du Big Bang, les improvisations fougueuses d'un Jean-S√©bastien Bach, des chefs √©toil√©s qui font de leur cuisine un chorus de jazz, un traitement m√©dical qui transforme des vibrations al√©atoires en bain de jouvence...

Bien évidemment les auteurs ne considèrent pas que l'absence d'organisation, de rigueur, de classement doit être érigée en règle de fonctionnement.

L'autogestion n'existe pas en matière d'entreprise. Par contre ils insistent sur l'équilibre que chaque organisation doit trouver entre ordre et désordre....