ALTO-STUDIO
 

Un peu d'Ă©nervement avec le fonds Large Venture de la BPI

DollarsCommençons soft en présentant le fonds:

Le fonds Large Venture constitue une alternative et un complément aux investisseurs étrangers (notamment anglo-saxons) qui ont démontré par le passé leur capacité d’investir des montants élevés dans des opérations de capital-risque.

Le fonds Large Venture accompagnera les entreprises à fort besoin capitalistique des secteurs prioritaires de la santé, du numérique et de l’environnement, dans l’accélération de leur développement commercial, leur déploiement à l’international ou l’industrialisation de leur technologie.

Les montants investis seront conséquents car en général supérieurs au montant de leur chiffre d'affaires.

Donc chers amis entrepreneurs si vous cherchez des fond en phase d'amorçage technologique (pour un faire un prototype) vous pouvez passer votre chemin, une nouvelle fois vous êtes oubliés...et si vous cherchez des fonds pour faire du chiffre d'affaires (pour mettre en place un plan d'action commercial...) il faudra chercher autre part ( zut...le père noël est déjà passé !)

Doté de 500 M€ le fonds va intervenir sur des opérations à partir de 10 M€, dans la très grande majorité des cas en co_investissement avec des partenaires privés, et aura la faculté d’investir dans les sociétés cotées ou non cotées, pendant des durées longues.

En résumé si vous êtes déjà une entreprise qui réalise au minimum 10 millions d'euros de chiffre d'affaires, il vous faudra motiver à la fois la BPI et au minimum une société de capital investissement pour pouvoir obtenir 10 millions....

Souvent auprès de nos créateurs on utilise le concept de niche commerciale pour catégoriser les clients visés; vis à vis du Fonds large Venture il s'agit d'une micro, voir même d'une nano niche qui doit normalement nous permettre de créer les Google de demain..dixit le gouvernement.

Ils oublient une chose: avant d'avoir besoin de 10 millions d'euros une entreprises a d'abord besoin de trouver les premiers 100 000 euros.

Les fondateurs de Google ont d'abord pu trouver 200 000 dollars pour pouvoir amorcer la pompe alors qu'ils n'avaient aucune idĂ©e du modèle Ă©conomique ; ils n'Ă©taient certains que d'une chose : que des utilisateurs trouveront une utilitĂ©...

Revenons en France et amusez vous à aller voir un financier (capital risque et business angels) en leur indiquant que votre innovation est bankable, par contre vous n'avez pas une idée définitive de la clientèle visée et encore des flous sur les modalités de rémunération...Je parie que le taux de retour sera négatif...Ainsi Google n'aurait jamais pu être créé en France.

Loin de moi l'idĂ©e d'opposer les entreprises innovantes matures et les jeunes pousses, nĂ©anmoins compte tenu des contraintes budgĂ©taires actuelles entre financer des entreprises qui font plusieurs millions de chiffres et qui sont rentables et financer nos jeunes entreprises y a t 'il lieu d'hĂ©siter ?

Et comme les financements publics ne sont pas légion, s'il faut faire un choix, entre financer une entreprise à hauteur de 10 000 millions et en financer 50 je sais vers où mon cœur balance, et vous ?

Imaginez 50 entreprises qui reçoivent 200 000 euros en fonds propres, c'est au minimum une entreprise qui va pouvoir mobiliser 200 000 de plus grâce aux aides publiques sans compter l'intervention de nos amis banquiers et de l'apport des fondateurs.

Ainsi on pourrait faciliter la création de centaines d'entreprises avec une capacité d'investissement de 500 000€. Avec 500 000 euros on peut lancer de beaux projets sur notre territoire....

Alors si on veut créer les Facebook de demain favorisons d'abord les créateurs d'aujourd'hui...et avant d'amener de l'eau à la mer, occupons nous de ceux qui ont déjà soif....

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Pour la première fois en France un fonds de capital risque mis en oeuvre par une université

DollarsSelon le JDD ce mercredi va être officialisé la création d'un fonds émanant de 15 universités réunies sous la bannière Sorbonne Universités (dont l'université Pierre-et-Marie-Curie, l'université de technologie de Compiègne ou encore l'Insead).

Ce fonds d'amorçage est possible depuis la loi de 2007 sur l'autonomie des universités, qui autorise à créer des fondations pour trouver des financements complémentaires. L'objectif est d'atteindre 60 millions d'euros afin de financer des créations d'entreprises émanant d'étudiants et ainsi conserver les entrepreneurs innovant sur notre territoire.

À ce jour, la fondation a déjà collecté 35,5 millions via: ex CDC Entreprises (BPI aujourd'hui), Natixis, CNP, Malakoff Médéric et AG2R.

Cette enveloppe sera gérée par la société de capital-risque Quadrivium Ventures.

L'objectif: accompagner une quinzaine de start-up sur quatre ans.

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Le capital risque finance t-il des entreprises qui crées de l'emploi ?

Dollars L'Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) et Ernst & Young ont publié une étude portant sur l'évolution des entreprises en France qui ont eu des financements par des capitaux risqueurs/développeurs.

Les chiffres concernent 2.790 entreprises financées par les fonds de private equity ( capital investissement).

Les données sur 2012:

  • les sociĂ©tĂ©s affiche 80.000 emplois. Alors que l'AFIC prĂ©cise que la "conjoncture Ă©conomique est extrĂŞmement difficile" et qu'il y a eu 100.000 emplois dĂ©truits dans le secteur marchand en France en 2012.
  • Le chiffre d'affaires des sociĂ©tĂ©s financĂ©es est en augmentation de 4% par rapport Ă  2011.
Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Le mentorat universitaire pour créer votre entreprise cela vous parle ?

businessfinanceCréer une entreprise innovante nécessite des compétences très larges afin de passer sans embuche de la phase de faisabilité (de l'idée au prototype), à la phase de lancement de la production (ou de la servuction) et de la commercialisation sous oublier la phase de maturité et de gestion financière.

Difficile de passer tous ces caps seuls....Pour la phase de faisabilité et de lancement de la production/commercialisation aux USA existe au sein de deux universités un programme intéressant:

  • l'un Ă  l'universitĂ© de Virgine

Chaque mentors apporte 3 000 dollars par an à ce programme. Fort de ce budget l'université est en mesure d'accompagner les créateurs au niveau financiers jusqu'à 10 000 dollars pour différentes dépenses ( dépôt de brevet, prototype...).

Le créateur bénéficie également des compétences provenant d'un mentor ayant des compétences en droit, un autre en capital risque et également un cadre ou un ancien entrepreneur.

De plus du personnel de l'université est également mis à la disposition de l'entrepreneur.

  • l'autre au MIT

Le MIT est en avance sur ce type de prestation puisque ce programme d'accompagnement à plus de 13 ans d'existence. Là également un éco-système est bâti autour du créateur afin de l'aider dans son développement.

Partage propulsé par Wikio
 

Pour valider votre innovation bénéficiez d'un diagnostic gratuit de l'INPI

rechercheBeaucoup d'entrepreneurs ont le réflexe BREVET...sauf qu'invention ne rime pas automatiquement avec brevet...En la matière le chemin est tortueux...car pour qu'il y ait brevet il faut prouver qu'à une problématique technique il y a une nouvelle réponse technique qui peut être un produit ou un procédé.

Notons qu'une idée ne peut pas être protégée, par contre les solutions techniques que vous allez mettre en œuvre peuvent être brevetées.

Pour être plus précis pour qu'il y ait brevet il faut:

1 - que la solution soit nouvelle

L'entrepreneur doit vérifier que son invention apporte une nouveauté par rapport à l'état de l'art de la technique au jour du dépôt auprès de l'INPI.

Ce faisant il doit vérifier qu'aucune communication écrite ou orale (lors d'un colloque..) n'a fait référence à son invention. D'une manière générale toute communication publique qui aurait été réalisée avant la date de dépôt rendra caduc la demande de brevet.

Notons qu'il peut y avoir une certaine ironie dans votre démarche: supposé que lors d'une conférence de presse, ou même lors d'une mini conférence vous parlez de votre invention...et le lendemain vous prenez la direction de l'Inpi pour déposer votre brevet...Vous pouvez faire demi-tour !!! car il y aura bien eu une communication publique avant votre dépôt et même si elle vient de vous et que vous êtes l'auteur de l'invention le dépôt ne sera pas recevable.

Par conséquent, jusqu’au dépôt, vous devez garder un secret absolu sur votre invention. Dans le cadre de négociations commerciales avant le dépôt, vous devrez ainsi vous assurer que votre partenaire ne divulguera pas l’invention en lui faisant signer un accord de confidentialité.

Une solution: L’enveloppe Soleau qui permet de dater, tout en gardant le secret, vos projets et vos inventions en cours :

  • avant de contacter un futur partenaire financier, industriel ou commercial, si l’idĂ©e ou le projet n’est pas encore concrĂ©tisĂ©, et de nĂ©gocier des accords confidentiels faisant mention de votre enveloppe ;
  • avant de dĂ©poser un brevet d’invention, si l’inventeur souhaite achever la mise au point de son projet (un nouveau produit, une amĂ©lioration apportĂ©e Ă  un produit, un procĂ©dĂ© innovant) ;
  • en phase de recherche et dĂ©veloppement, pour protĂ©ger les travaux et minimiser les consĂ©quences d’éventuelles indiscrĂ©tions…

Pour vous aider dans votre dĂ©marche de dĂ©pĂ´t de brevet, dans chaque rĂ©gion vous disposez des services de l'ARIST (Agences RĂ©gionales d’Information StratĂ©gique et technologique). Les conseillers des Agences RĂ©gionales d’Information StratĂ©gique et technologique analysent les projets de l’entreprise en tenant compte de son environnement technologique et concurrentiel. Ils aident les PME-PMI Ă  mieux maĂ®triser l’information utile au dĂ©veloppement de nouveaux produits et services dans diffĂ©rents domaines dont :

  • Recherches d'antĂ©rioritĂ© : s'assurer que votre invention est nouvelle, brevetable et que vous pouvez l'exploiter librement.
  • Etats de la technique : dĂ©couvrir des technologies proches, identifier la concurrence et Ă©tablir un Ă©tat de l’art

Notons qu'en Languedoc Roussillon le Conseil Régional via la procédure A.R.A (Aide à la Recherche d'Antériorité) prend en charge 100% du coût d'intervention de l'ARIST pour les entreprises de moins de 1 année d'existence ou les porteurs de projet (futur créateur) suivis par un réseau d'accompagnement.

2 - que l'on puisse constater de l'inventivité

Et là est posée la problématique: à partir de quel niveau considère t-on qu'il y a inventivité? Visiblement pour qu'il y ait inventivité il est nécessaire:

  • que vos solutions techniques sortent des schĂ©mas connus, qu'elles ne soient pas Ă©videntes aux yeux des "hommes du mĂ©tier", c'est Ă  dire Ă  des personnes proches de votre mĂ©tier, de vos compĂ©tences.
  • qu'il ne s'agisse pas simplement de l'assemblage de solutions techniques prĂ© existantes

3 - qu' une application industrielle soit possible

Un exemple de demande de brevet non éligible explicitée par l'INPI avec le crayon gomme

Imaginons que le crayon gomme ne soit pas encore créé. Vérifions s’il répondrait aux conditions de brevetabilité.

  • La solution technique rĂ©pond-elle Ă  un problème technique ? Oui.
  • Est-elle susceptible d’application industrielle ? Oui, on peut fabriquer des crayons gomme.
  • Est-elle nouvelle ? On peut le supposer si son inventeur ne l’a pas divulguĂ©e avant de dĂ©poser sa demande de brevet.
  • Mais y a-t-il activitĂ© inventive ? Non, car le crayon et la gomme Ă©taient connus Ă  la date du dĂ©pĂ´t. Il Ă©tait alors Ă©vident, pour l’homme du mĂ©tier (c’est-Ă -dire le fabricant de crayons), de juxtaposer un crayon et une gomme pour Ă©crire et gommer avec le mĂŞme outil.

Les conditions de la brevetabilité du crayon gomme ne sont donc pas réunies.

Pour terminer vous pouvez bénéficier d'un pré diagnostic gratuit de l'Inpi:

Si vous avez placĂ© l'innovation au cĹ“ur de votre entreprise et vous voulez protĂ©ger vos crĂ©ations ? Brevets, marques, modèles… ou alors Ă©valuer le potentiel de votre entreprise demander Ă  l’INPI un prĂ©-diagnostic gratuit.

Rapide et confidentiel, ce service vous permet d’avoir une vision claire sur les protections possibles de vos innovations. Il vous donne des pistes d’action concrètes pour mettre en œuvre ou optimiser votre stratégie de propriété industrielle.

Pour en bénéficier une inscription en ligne est requise, alors cliquer sur : Pré diagnostic de l'Inpi

Partage propulsé par Wikio