ALTO-STUDIO
 

Une garantie bancaire pour aider à la création d'entreprises

Dans le cadre de la création d'entreprise artisanale ou à vocation commerciale louer un local reste souvent problématique: Le montant élevé des loyers (particulièrement en zone urbaine) et le dépôt d'une caution constituent un frein à la création d'entreprises.

Le dépôt peut atteindre 20 000 euros ce qui constitue une immobilisation financière conséquente.

Afin de favoriser la création d'entreprise il convient donc d'aider les entrepreneurs à
« financer » l'obtention du local professionnel.

Ce faisant France Active, France Initiative et le Crédit Mutuel ont donc décidé l'octroi d'une garantie bancaire qui se substituera au dépôt de caution pour faciliter l'accès aux locaux professionnels des entrepreneurs.

Ainsi, le bailleur sera couvert et l'entrepreneur pourra démarrer son activité sans mettre à mal sa trésorerie.

Cette opération pilote est réservée à l'Ile de France pour le moment.
 

L'INSEE confirme l'augmentation du nombre de création d'entreprises

Comme le révèlent les chiffres de l'INSEE, le nombre annuel de créations d'entreprises nouvelles atteint 233 785 à fin novembre 2006.

Il s'agit d'une hausse de 4,5% par rapport aux valeurs constatées à fin novembre 2005, et de plus de 33% par rapport au mois de mai 2002, quand ce chiffre n'atteignait que 175 000 créations annuelles.

Excellente nouvelle... pour nos pépinière d'entreprises: et bien quoi? sans créateurs difficile de justifier l'intérêt de financer une pépinière d'entreprises sur fonds publics.

Un petit rappel: une pépinière d'entreprises met à disposition de créateurs d'entreprises au-delà de bureaux ou d'ateliers une équipe de consultants (chargé de missions...) afin de les accompagner gratuitement sur toutes leurs problématiques: fiscales, marketing, stratégiques, financière....

La gratuité étant un mythe (il y a toujours quelqu'un qui paye, même pour nos services publics), ce qui n'est pas pris en charge par le créateur est donc assumé par les contribuables citoyens et entreprises.

Ce faisant pour justifier cette "ponction" la pépinière d'entreprises doit être en mesure de justifier son apport en matière:
  • de nombre de crĂ©ation d'entreprises,
  • de crĂ©ations d'emploi
  • de valeur ajoutĂ© crĂ©Ă©e
 

France Investissement une nouvelle structure de financement pour rien?

Renaud Dutreil -Ministre des Petites et Moyennes Entreprises- insiste souvent sur l'intérêt de créer une nouvelle structure destinée à financer la croissance des PME.

Ainsi France Investissement va être lancée en reposant sur une branche publique, issue du Programme d'intérêt général [PIG] de la CDC, et une branche privée (banques, assurances...).

L'objectif Ă©tant de lever 2 milliards d'euros.

Chers amis entrepreneurs n'essayez pas de contacter un des membre de la direction de France Investissement, car cet organisme ne financera pas directement vos projets. Elle a pour vocation d'apporter des fonds supplémentaires à des structures (sociétés de capital investissement, FCPI...) qui elles mêmes seront chargées de les "placer" en finançant des entreprises.

C'est en cela où je m'interroge sur les effets positifs de France Investissement sur la chaîne du financement du capital risque et de l'amorçage en France.

En effet si ces 2 milliards sont apportés à des fonds qui aujourd'hui n'investissent que très rarement dans les jeunes pousses l'intérêt me parait mineur.

Surtout qu'en ce qui concerne le capital développement et le capital transmission l'argent semble suffisant:
  • les sociĂ©tĂ©s de capital investissements et autres FCPR intervenant dans ce type d'opĂ©ration n'ont pas besoin d'argent supplĂ©mentaire...ni d'ĂŞtre stimulĂ©s.
Il faut espérer que France Gazelles établisse un cahier des charges précis quant aux fléchages et à l'utilisation des fonds.

Dans le cas contraire au-delà des effets d'annonce, le financement de la création d'entreprises à potentiel sera toujours délicat.

Pour mémoire il y a deux ans on nous avait annoncé que grâce à l'apport d'argent frais des sociétés d'assurances ( elles s'engageaient à apporter 6 milliards sur trois ans) le capital risque devrait être valorisé....on attend toujours....
 

Une société de capital risque à vous présenter

La Caisse des Dépôts et Consignation vient d'annoncer la création d'une société de capital investissement spécialisée dans le financement de projets de développement dans le secteur du cinéma.

Si vous souhaitez développer ou créer votre entreprise de production cinématographique indépendante, SofiCapital pourra vous aider en devenant actionnaire de votre entreprise et apporter ainsi les financements nécessaires.

Pour financer le développement des entreprises SofiCapital devrait disposer de 10 millions d'euros.

Courant 2007 les premiers investissements devraient avoir lieux. Les dossiers de demande de financement devront être adressés à la société Iris Capital, société de gestion en capital investissement

Contact : Pierre Chevallier Iris Capital 01 45 62 73 73
 

3 outils pour compenser un trou de trésorerie ponctuel

Aujourd'hui j'ai été chargé avec d'autres, d'évaluer différents business plan qui ont été élaborés par des ingénieurs de l'Ecole des Mînes d'Alès. En effet en fin de cycle les futurs ingénieurs étudient un projet de création d'entreprise en groupe et proposent in fine un business plan démontrant la viabilité économique, technique et financière du projet.

Dans ce contexte un de ces futurs ingénieurs entrepreneurs (enfin je l'espère) s'interrogeait sur les différents outils permettant de faire face à un trou de trésorerie. Parmi les différentes solutions, qui feront l'objet d'un autre billet ( augmentation de la marge, escompte...) 3 outils classiques ont été présentés:

  • le dĂ©couvert autorisĂ© : il consiste pour votre banquier Ă  faire l'avance de trĂ©sorerie, c'est Ă  dire Ă  payer vos fournisseurs alors que vous ne disposez pas sur le compte du montant suffisant (finalement le banquier paye Ă  votre place en Ă©change le taux d'intĂ©rĂŞt sera Ă©levĂ©: de 9% Ă  13% en moyenne).

    Ce moyen de financement est délicat à obtenir en phase de création car le banquier ne dispose d'aucune garantie si l'entreprise dépose le bilan. Ce faisant mieux vaut négocier la totalité des besoins de financement de l'entreprise (emprunt, découvert, escompte...) dès le départ plutôt que d'attendre les première difficultés pour de toute urgence aller négocier une solution.

    Le découvert autorisé fait l'objet d'un contrat spécifique
  • la facilitĂ© de caisse: elle consiste Ă©galement pour le banquier Ă  faire l'avance de trĂ©sorerie par contre sur une pĂ©riode nettement plus courte que celle gĂ©nĂ©ralement observĂ©e dans le cadre du dĂ©couvert autorisĂ©. La facilitĂ© de caisse peut ĂŞtre temporaire ou permanente, mais nĂ©cessite un accord prĂ©alable de votre banque. Dans la pratique, souvent la FacilitĂ© de Caisse constitue une avance dans l'attente d'une rentrĂ©e.
  • le crĂ©dit de campagne: votre banquier va pendant un temps prĂ©-dĂ©fini prendre en charge l'ensemble des factures prĂ©sentĂ©es au dĂ©bit de votre compte. Le crĂ©dit de campagne s'adresse aux entreprises qui officient sur des marchĂ©s saisonniers et qui ont un besoin de financement en gĂ©nĂ©ral supĂ©rieur Ă  1 mois.