ALTO-STUDIO
 

BNP PARIBAS une banque qui assure !

Désolé pour ce titre qui peut paraître  "un peu jeuns", mais il a juste un objectif: souligner que BNP Paribas c'est une banque mais aussi un assureur.

En effet que connaissez-vous l'activité d'assureur de BNP Paribas ?

Pour insister sur ce métier réalisé en interne depuis plusieurs années BNP Paribas vient de lancer une nouvelle campagne de publicité sur le thème de l’assurance auto.

Cette campagne est signée « Parlons Vrai » témoigne de la volonté de la banque de se rapprocher du quotidien de ses clients en ne faisant pas parler des comédiens ou des mannequins, mais les interlocuteurs réels de la banque.

Par exemple nous avons Patricia qui est agent immobilier, cliente de l’agence de Bergerac et Aurélie qui est sa conseillère BNP Paribas.

BNP Paribas a organisé via ses agences locales un grand casting national afin de trouver ses nouvelles « ambassadrices ». Tous les conseillers et tous les clients pouvaient être candidats dans la mesure où ils avaient une histoire d’assurance à raconter.


Deux spots radio et deux affiches accompagnent ce film ci-dessous qui met en scène Patricia et Aurélie:

 

Patricia a eu l'accident que tout le monde peut avoir : à peine sa nouvelle voiture achetée, voilà que quelqu'un lui rentre dedans !

Patricia étant cliente et assurée de la banque, elle a appelé Aurélie sa conseillère qui s'est occupée de tout, notamment la mise à disposition d'une voiture de remplacement le temps des travaux.

BNP Paribas à travers le témoignage d’Aurélie met en exergue l’engagement de ses collaborateurs, la personnalisation du service qu’ils rendent aux clients et la qualité de la relation qu’ils développent au quotidien.

C’est à travers ce prisme qu’il faut lire la signature publicitaire de cette campagne. « Parlons Vrai » retranscrit véritablement une nouvelle posture relationnelle faite d’écoute, de proximité et de transparence.

Ce billet sponsorisé sur la partie assurance est une aubaine pour moi puisque cela me permet d'aborder l'activité bancaire de BNP Paribas.

A la lecture de ces mots vous pensez sûrement qu'il n'y a rien de nouveau !

Vous vous dîtes que comme de nombreuses banques, BNP Paribas et ses filiales:

  • finance sous la forme d'emprunt, de crédit bail des entreprises. Sans oublier les financements court termes (escompte, factoring, découvert...),

  • réalise des prêts aux particuliers

Oui vous avez en partie raison, mais il y a quand même une nouveauté.

Une nouveauté pour qui ?

Pour les Pépinières d'Entreprises et autres Incubateurs chargés d'accompagner des créateurs d'entreprises à potentiel:

En effet une convention de partenariat a été signée entre le réseau Synersud, qui représente 17 pépinières (incubateurs....) qui accompagnent des projets innovants en Languedoc Roussiilon et BNP Paribas.

Qu'indique cette convention ?

  • Une prise de contact rapide avec l'agence locale de la banque:

Après sollicitation de la banque par la pépinière d'entreprises sous 48 heures le futur créateur ou le chef d'entreprise et le conseiller auront convenu d'un rendez-vous dans les murs de la succursale, dans la pépinière de son choix ou dans les locaux de l’entreprise.

  • Une décision sous 10 jours

A compter de la production des documents demandés par la banque le conseiller devra donner une réponse sous 10 jours.

  • Des taux et conditions attractifs

Pour les dossiers PCE (Prêt à la création d'entreprises) et les prêts complémentaires aucun frais de dossier ne sera demandé.

Pour les autres types de financement une réduction de 50 % sur les frais de dossier de crédit sera appliquée.

Bien évidemment cette convention ne confère aucune clause d'exclusivité entre les membres de Synersud et BNP Parisbas.

J’espère qu’in fine vous êtes d’accord avec moi que  BNP Paribas est bien une banque qui assure…..

 

 


Article sponsorisé

Vidéo virale par ebuzzing
 

Pourquoi créer l'École européenne des métiers de l'internet (EEMI) ?

businessfinanceMédiamétrieVous avez entendu probablement parlé ou lu des informations sur l'École européenne des métiers de l'internet (EEMI).

Cette Ă©cole axĂ©e sur les domaines de la communication et du marketing sur Internet, sur les mĂ©tiers Ă©mergents comme les animateurs de communautĂ©s (« community manager »), les rĂ©fĂ©renceurs ou les analystes de trafic.

Mais connaissez-vous connaissez les fondateurs ?

  • Marc Simoncini, Meetic le site de rencontre leader en europe avec près de 900.000 abonnĂ©s après 9 ans d’activitĂ©. Marc Simoncini assure aussi la prĂ©sidence du fonds d’investissement Jaina Capital, qui accompagne de nombreuses startups de l’économie numĂ©rique.
  • Jacques-Antoine Granjon, Vente-privĂ©e.com avec un business basĂ© sur l’achat des fins de sĂ©ries en ligne
  • Xavier Niel, Free (l’un des leaders du marchĂ© français de l’accès Ă  Internet haut-dĂ©bit)

Mais connaissez-vous la directrice ?

  • StĂ©phanie de Kerdrel

En formant les futurs experts du net cette école répond à différents constats:

  • Une quart de la croissance du PIB rĂ©sulte des nouveaux usages de l’Internet, par les entreprises et les particuliers,
  • Plus de 700.000 emplois dans cette filière
  • Dans les trois prochaines annĂ©es, 450.000 emplois supplĂ©mentaires seront crĂ©Ă©s.
  • En avril 2011, 13.000 offres d’emploi de l’Association Pour l’Emploi des Cadres (APEC), soit un tiers de toutes les offres d’emploi, concernaient le secteur d’Internet. C’est une hausse de 75% sur un an.
  • La demande en compĂ©tences web augmente encore plus fortement, avec +180% sur un an. Il n’est pas rare que certaines startups du numĂ©rique passent en un an de 1 Ă  20, voire de 1 Ă  50 emplois.

Cette école européenne des métiers de l’Internet formera des profils bac+3 directement opérationnels, possédant une forte spécialisation métier et une bonne culture de l’entreprise. La connaissance de l’entreprise, du droit des affaires et de l’internet, de la sécurité des réseaux, ou encore des langues vivantes, sont à cet égard des enseignements essentiels.

Notons que d'autres écoles ont été lancées avec la même philosophie:

  • l’école Sup’Internet,
  • le cycle « bachelors » de Telecom École de Management,
  • l’école supĂ©rieure de commerce et d’économie numĂ©rique (ESCEN)
Partage propulsé par Wikio
 

75% des internautes ont consulté un blog

businessfinanceMédiamétrie vient de publier une étude sur les usages d'internet.

L'année 2010 est l'année de l'internet grâce aux multiples usages: l’Internet fixe ou mobile (tablettes et smartphones)

  • tous les jours, près de 24 millions d’internautes sont connectĂ©s, soit 3,2 millions de plus qu’en 2009,
  • 5,4 millions d’internautes surfent sur la toile en moyenne chaque heure entre 9h et 21h, contre 4,6 millions l’an passĂ©,
  • 10 millions de personnes sont Ă©quipĂ©es au 3ème trimestre 2010 de smartphones,
  • En moyenne, on compte ainsi tous les mois 15,5 millions de mobinautes, soit 3,3 millions de plus que l’annĂ©e dernière. Et la moitiĂ© de ces mobinautes ont un usage avancĂ© de l’Internet mobile : MMS, services mobiles, radio, vidĂ©o/TV, email, messagerie instantanĂ©e, chat, visiophonie.
  • 75% des internautes ont consultĂ© un blog ou un site communautaire en dĂ©cembre 2010, soit 32,1 millions de personnes6 par mois et 11,7 millions par jour. Sur ces mĂŞmes sites, les internautes restent de plus en plus longtemps : en moyenne, ils y passent 5h30 par mois soit 1h20 de plus qu’il y a un an…quand on aime on ne compte pas !

Les principales motivations pour s’inscrire sur un site communautaire sont:

  • d’abord de rester en contact avec ses amis ou de reprendre contact avec d’anciens amis,
  • de partager ses passions,
  • de partager des avis sur un produit. 2/3 des internautes partagent leurs opinions sur les produits ou services qu’ils achètent, en donnant un avis sur un site marchand, un blog, un forum ou un rĂ©seau social.

La confiance dans l’achat en ligne continue de progresser et l’augmentation du nombre d’internautes semble entraĂ®ner parallèlement l’accroissement du nombre de cyberacheteurs : 27,7 millions de personnes ont achetĂ© en ligne en 2010, soit 3,3 millions de plus qu’il y a 1 an.

  • La vidĂ©o gagne de plus en plus d’adeptes. Les portails vidĂ©o online, qui hĂ©bergent Ă  la fois des contenus professionnels et des vidĂ©os amateurs, attirent plus de 24,5 millions de visiteurs uniques, soit près de 60% d’internautes.
  • Plus de 14 millions de podcasts ont Ă©tĂ© tĂ©lĂ©chargĂ©s en dĂ©cembre 2010, soit plus de 26,5% supplĂ©mentaires en un an.
Partage propulsé par Wikio
 

Lancement du fonds commun de placement à risque « Fonds national pour la société numérique PME »

Carte de la france L’investissement dans l’économie numérique constitue un enjeu majeur pour notre économie, compte tenu de son poids. Cette filière représente:

    - 3,7 % du produit intérieur brut
    - 72 milliards d’euros de valeur ajoutée
    - 1 150 000 emplois directs et indirects dans les infrastructures et services numériques.

La filière connait des difficultĂ©: 81 % des dirigeants de PME numĂ©riques rencontrent des difficultĂ©s Ă  se financer. Face Ă  ce constat va ĂŞtre lancĂ© le « Fonds national pour la sociĂ©tĂ© numĂ©rique PME ».

Ce fonds commun de placement Ă  risques, qui s’appellera « FSN PME », sera gĂ©rĂ© par CDC Entreprises. Il est dotĂ© de 400 millions d’euros provenant du fonds global de 1,4 milliard d’euros dĂ©diĂ© aux contenus numĂ©riques, soit près de 30% de notre effort global en faveur des nouveaux contenus.

A travers ce fonds, l’Etat pourra effectuer des investissements en fonds propres dans les PME du secteur numérique jusqu’à 30 % de leur capital. Les montants investis pourront atteindre jusqu’à 10 millions d’euros.

Les candidats peuvent prendre connaissance des modalités de dépôt de candidature sur le site de la Caisse des dépôts et Consignation.

Huit secteurs d'intervention prioritaires

Le fonds commun examinera en prioritĂ© les projets liĂ©s Ă  huit secteurs bien prĂ©cis : l’informatique en nuage ou "cloud computing", les industries de contenus (Ă  caractère culturel, scientifique ou Ă©ducatif), les technologies de base du numĂ©rique (en particulier nanoĂ©lectronique et logiciel embarquĂ©), l’e-SantĂ©, l’e-Education, la sĂ©curitĂ© et la rĂ©silience des rĂ©seaux, les systèmes de transport intelligents et l'usage du numĂ©rique dans les projets de dĂ©veloppement de la ville.

Partage propulsé par Wikio

Si vous souhaitez poursuivre la lecture de sujets similaires, je vous propose les articles suivants:

 

Avec www.cap-territoire.com devenez business angel en consommant autrement

Création de buzz

Fidèle lecteur de ce blog vous me savez attentif à la problématique de financement des entreprises, particulièrement au niveau des fonds propres.

On vient d'attirer mon attention, via une demande de billet sponsorisé, sur le lancement du programme C.A.P Territoire.

Si vous ĂŞtes en accord avec les affirmations qui suivent, C.A.P Territoire est fait pour vous :

► l’équilibre économique d'un territoire (région) est l'affaire de tous: commerçants, consommateurs, entreprises

► les entreprises sont sources de création de richesse et il convient des les soutenir en leur apportant des financements qui aujourd'hui ne sont pas suffisants

► Chaque citoyen au niveau régional devrait pouvoir devenir un acteur de son territoire en rentrant dans le capital des entreprises qui l’entourent

.► Il est important de faire fructifier son épargne mais de manière responsable.

Avec le programme C.A.P Territoire en achetant des produits sur le site internet vous cumulez des euros qui une fois par an sont convertis en actions permettant ainsi de financer des entreprises.

Ce faisant avec C.A.P Territoire vous ĂŞtes Ă  la fois un consommateur et un business angel sur votre territoire.

Pour rappel un business angel c'est un particulier, comme vous ou moi, qui investit une partie de son patrimoine dans une entreprise pour l'aider à se développer. En échange de l'argent qu'il apporte le particulier devient actionnaire de l'entreprise financée.

Comment transformer un consommateur en business angel ?

En vous connectant site www.cap-territoire.com vous accédez à différents sites internet d'enseignes vous permettant de faire vos achats mais également de bénéficier de remises.

En effet sur chaque produit est indiqué une remise (de 3 à 12 % environ).

C'est cette remise qui va transformer votre achat en action ou autrement dit transformer le consommateur que vous ĂŞtes en business angel:

Les remises que vous allez totaliser seront versées sur un compte qui permettra chaque année de participer à une augmentation de capital et donc de devenir actionnaire d'entreprises sur votre territoire.

Si vous ne souhaitez pas investir votre épargne dans des entreprises vous avez la possibilité de retirer ces sommes au moins une fois par an.

Investir dans une des entreprises requiert des compétences d'analyse et de sélection, alors qui s'occupera de ces investissements ?

C.A.P Territoire s'adosse à la société d'investissement PAN C.A.P qui avec un comité d'investissement investit pour vous dans les entreprises de votre région.

Ces entreprises doivent remplir les conditions nécessaires pour pouvoir bénéficier d'un apport en capital :


► être situées dans votre région

La société PAN C.A.P investit votre épargne dans le tissu économique régional. A travers elle, vous devenez propriétaire, avec les autres participants au programme C.A.P, d'une partie des entreprises de votre territoire.

Pour être plus proche de vous et pour que vous puissiez agir sur l'économie de votre territoire, la France est divisée en 8 régions d'investissement.


► bénéficier d'une bonne base économique et d'un potentiel de croissance


►s'inscrire dans une démarche de développement durable

Vous pouvez suivre l’évolution de vos investissements sur www.pan-cap.eu

Comment la société PAN CAP se rémunère-t-elle ?

C.A.P Territoire facture l'adhésion 8 € la première année aux adhérents pour les frais de fonctionnement du backoffice.
Les enseignes partenaires versent une rémunération sur les achats effectués par les internautes qui sont passés par C.A.P Territoire pour accéder au site de l'enseigne (en général moins de 1% de la valeur HT de l'article).

Vous payez votre article le prix affiché sur le site internet de l’enseigne. La remise qui vous est indiquée est pour vous.

Que deviennent les fonds que vous avez investis via la société d'investissement PAN CAP ?

Les investissement que vous réalisez dans les entreprises de votre région leur permettent de se développer et en cela booster l’ensemble de économie locale .

Dans le cas où vous avez investi votre épargne dans le capital d’entreprises de votre territoire, vous avez la possibilité de retirer ces sommes au bout de 6 ans. Elles sont alors exonérées d’impôts.


Résultat : Vous bénéficiez financièrement de la valorisation des entreprises de votre territoire.

Si vous consommer autrement avec C.A.P Territoire les entreprises autour de vous vont pouvoir bénéficier d'une nouvelle dynamique de financement et vos achats contribueront à la bonne santé de l' économie locale.

Ce dispositif fort original est à suivre....et notamment avec la vidéo ci-dessous:

Partage propulsé par Wikio