ALTO-STUDIO
 

Communiquer les informations sur mon entreprise auprès des capitaux risqueurs (fiche 7)

businessfinance Dans la série "10 fiches conseils pour lever des fonds" nous avons eu une phase introductive avec "Les questions essentielles à toute démarche de financement",la fiche Comment et quand me faire connaître ? puis la fiche 2: Signaler mon entreprise auprès d’investisseurs potentiels, suivie de la fiche 3: Choisir les intervenants extérieurs à mon entreprise ,la fiche 4: Rechercher mon investisseur potentiel, la fiche 5 "Sélectionner son investisseur", la fiche 6 "Le 1er dialogue avec mon investisseur", poursuivons avec la fiche 7 "Communiquer les informations sur mon entreprise".

Un investisseur entre dans le capital d’une entreprise après avoir évalué sa capacité à créer de la valeur. S’il est intéressé par l’entreprise, il souhaitera l’étudier dans le détail et demandera de nombreuses informations afin d’appréhender ses potentialités.

Il pourra aussi vouloir être associé à la gestion de l’entreprise, en tant qu’administrateur ou manager, une fois entré au capital, afin d’assurer une valorisation optimale de son investissement.

Les négociations s’engagent avec une lettre d’intention de l’investisseur ( memorandum of understanding).

Ce document précontractuel impose généralement à l’entreprise des investigations (sur les aspects financiers, juridiques, techniques (due diligence) destinées à permettre à l’investisseur de préciser sa première appréciation.

Suivent les négociations qui débouchent sur :

· le protocole d’investissement définissant les modalités d’entrée au capital de l’investisseur,

· la garantie d’actif et de passif attestant de l’exactitude des informations transmises,

· le pacte d’actionnaires définissant les relations entre les différents actionnaires de l’entreprise.



Celui-ci pourra conférer des droits particuliers d’information et de communication à l’investisseur comme, par exemple, un droit à consultation préalable ou un droit particulier d’expertise.

Avant de communiquer de l’information, il appartient à l’entrepreneur de :

· répertorier ses informations stratégiques et anticiper les demandes d’informations an d’assurer la cohérence et la sincérité des réponses,

· désigner un correspondant unique par lequel transitera toutes les demandes d’information,

· et surtout, imposer la signature d’un accord cadre de confidentialité qui pourra être assorti d’engagements de non sollicitation du personnel et de non concurrence. En pratique, il faut faire signer par l’acquéreur éventuel un acte par lequel celui-ci et ses conseils s’engagent à garder confidentielles et à ne pas exploiter pour leur propre compte toutes les informations portées à leur connaissance par l’entreprise.

Une rédaction par un professionnel du droit renforcera la sécurité juridique de ce document.

Au cours des investigations prĂ©alables, l’entreprise aura intĂ©rĂŞt Ă  encadrer et Ă  suivre leur dĂ©roulement en :

· regroupant dans un lieu unique ( data room) l’ensemble des documents communiqués pour la réalisation des vérifications,

· limitant cette période d’appréciation afin qu’elle n’empiète pas sur la phase de négociation,

· avertissant le personnel de l’existence de la mission en cours,

· contrôlant les possibilités d’accès au réseau informatique de l’entreprise (sécurisation de l’intranet, connexions Wifi , etc.) et les moyens de copie introduits par les vérificateurs (téléphone, scanner, micro avec webcam, etc.),

· rencontrant régulièrement les conseils de l’acquéreur afi n d’apprécier la crédibilité du projet engagé par l’investisseur potentiel.

Durant les négociations, un investisseur rencontre l’équipe dirigeante afin d’apprécier, après la phase analytique, des données plus subjectives (qualité du management, crédibilité de la stratégie, capacité d’innovation et de développement, valeur et motivation des collaborateurs, etc.).

Au cours de ces Ă©changes, de nombreuses informations sont communiquĂ©es sur les objectifs des plans stratĂ©giques, les programmes de recherche-dĂ©veloppement, l’état des diffĂ©rentes nĂ©gociations avec les prospects, les modalitĂ©s de recrutement du personnel, etc. Il est donc prĂ©fĂ©rable de :

· identifier le niveau de précision des informations que vous et vos collaborateurs pourront divulguer,

· si nécessaire, faire signer à vos collaborateurs un avenant à leur contrat de travail, cadrant les informations qu’ils peuvent communiquer,

· assister vos collaborateurs lors de ces rencontres et lister les informations transmises.

 

Gilles Carrez soutient l'amendement destiné à abaisser la réduction sur l’impôt sur la fortune (ISF) accordée pour les investissements dans le capital d’une PME

businessfinanceL’Assemblée nationale a adopté un amendement destiné à abaisser la réduction sur l’impôt sur la fortune (ISF) accordée pour les investissements dans le capital d’une PME.

Si cet amendement est confirmé un contribuable pourra déduire 50% des sommes investies au lieu de 75% comme ce fut le cas depuis 2007 avec le dispositif "ISF PME" intégré dans la loi TEPA.

Gilles Carrez qui soutient cette baisse la justifie en indiquant que le taux de déduction actuel de 75 % "ne conduit pas à des comportements d’investissements économiquement rationnels. On a vu des investissements dans des caves à vin”.

Il est vrai qu'il y a des abus; certains ont pu ainsi baisser leur niveau d'imposition non pas en investissement dans des entreprises, mais dans des projets peu risqués (programme d'installation de panneaux photovoltaïque...).

Mais classiquement on jette l'eau du bain avec le bébé...Car comme il y a des abus et bien corrigeons les...Ouvrons le dispositif qu'aux financements des entreprises de moins de 5 ans....en excluant certaines activités....

Encore une fois le financement des jeunes entreprises va en pâtir....

 

MEETIC, une entreprise de la nouvelle Ă©conomie, vous en ĂŞtes certain ?

coupleQuelle entreprise doit son succès à sa capacité à concilier avec une efficacité redoutable un business 100% net économie tout en ayant recours à des techniques commerciales classiques ?

Quelle entreprise peut avoir comme objectif de ne pas fidéliser sa clientèle afin de bénéficier d'un taux de renouvellement conséquent ?

GOOGLE ?...............NEOBE?

ZLIO ?................... SKIPE ?

WENGO ?...............YOU TUBE ?

Aller un petit indice :

Avec eux le Minitel rose a vieilli de 100 ans en quelques mois

Toujours pas.. ???

Bon pour les lecteurs vivant dans une grotte un dernier indice :

Ils ont mis en difficulté certaines agences de rencontres.

Bien sĂ»r il s'agit de Meetic. La rĂ©ussite de ce projet repose sur une promesse assez simple : il existe forcĂ©ment Ă  cĂ´tĂ© de chez vous quelqu'un qui souhaite vous rencontrer.

Après avoir indiqué quelques informations sur votre profil, l'univers de la rencontre s'offre à vous et il n'y a plus qu'à identifier votre seconde moitié.

Le succès de MEETIC repose sur une tendance du marché favorable (croissance du célibat) mais également d'une démarche commerciale qui a fait ses preuves et ce dans l'économie traditionnelle. En effet pour que des jeunes mâles acceptent de payer un abonnement encore faut il leur assurer qu'un nombre conséquent de femmes en quête du prince charmant seront au rendez vous.

La solution au dĂ©part : rendre le service gratuit aux femmes.cette technique commerciale existe depuis que le monde est monde non ? Chers lecteurs de ce blog rappelez vous vos fraĂ®ches annĂ©es oĂą vous alliez en discothèques..Selon les jours l'accès Ă©tait libre pour les demoiselles.Succès assurĂ© non ?

L'autre originalité du concept réside dans une relation cliente qui n'a pas pour vocation à fidéliser absolument cette dernière. En effet mieux vaut un client satisfait qui n'utilise les services que trois mois qu'un client qui depuis 2 ans s'obstine et constitue potentiellement une source d'insatisfaction et donc peut altérer l' image de l'entreprise. Et comme on dit chez les blogueurs mieux vaut éviter un buzz négatif.

Meetic a Ă©tĂ© fondĂ© par apport de fonds propres en provenance :

  • de Marc SIMONCINI : La vente de son entreprise I FRANCE (hĂ©bergement gratuit de site internet personnel) Ă  hauteur de 180 millions d'euros a permis Ă  son fondateur d'injecter quelques fonds dans le projet,
  • de la bourse Ă  hauteur de 85 millions d'euros
 

RTL.fr oĂą coment Ecouter, Voir et Partager

Vous commencez à être habitué à ce que je m'autorise sur ce blog quelques articles décalés mais également quelques  Articles sponsorisés dont celui-ci qui concerne le site RTL.fr.

Cela "tombe" plutôt bien puisque RTL.fr fait partie des 3 radios généralistes que j'écoute presque quotidiennement soit parce qu'il y a des chroniques ou émissions particulières qui m'intéressent soit parce qu'à chaque page de pub sur une des radios je passe de l'une à l'autre. En effet les longs tunnels de réclames à la radios me sont difficilement supportables.

C'est d'ailleurs pour cela qu'en toute logique sur ce blog vous ne trouvez pas de publicité permanente mais uniquement ponctuelle.

Mais revenons à RTL.fr : je me suis donc penché sur le site de la radio qui attire plus de 3 millions d'internautes par Mois !, et voici ce qui m'a intéressé :

- Retrouver l'actualité du jour avec des photos et des vidéos.

- Un moteur de recherche performant. Généralement, je suis assez surpris par la faible efficacité de la plupart des moteurs de recherche qui sont intégrés au sein des sites internet.

Que l' on ne trouve pas l'information souhaitée sur Google, qui est un moteur généraliste, peut se comprendre ; par contre lorsque l'on surfe sur un site d'achat ou un site d'information par nature plus ciblé et que l'on a des difficultés à trouver la donnée ou le document, alors que souvent il est présent sur le site, m'étonnera toujours....

Nous sommes donc contraints d'user des trésors d'ingéniosité pour trouver le document ou l'information presque malgré le site. Mais pour ce qui est du site de RTL.fr cela fonctionne bien.

- Des nouvelles possibilités de partager et d'échanger au sein de la communauté RTL en commentant, en postant les articles sélectionnés sur Facebook ou en les relayant sur Twitter... 

- Différentes possibilités de consommer le contenu sonore d'RTL:

  • en direct via le payer directement disponible en home page,
  • en réécoute dans les pages articles ou les pages émissions (cliquez sur "Réécoute" en haut à droite sur votre page d'accueil RTL.fr ou sur le bloc " La journée sur RTL"),
  • ou en podcast c'est à dire en téléchargement.

 

- Une navigation aisée: l'actualité regroupée par grandes familles thématiques (Actualités, Sport, Culture/Loisirs, Vie Pratique) , les menus déroulants  plus précis et complets permettent de "trouver rapidement son chemin".

 

- A Chaque émission correspond sa propre page web:

Une plus particulière m'intéresse: L'heure du Crime...

Avec des archives sonores et les principaux protagonistes, pendant une heure mes déplacements en voiture se transforment en véritable plongeon dans le cœur des affaires qui ont défrayé la chronique et les mystères qui les ont entourés.

Et lorsque le trajet est trop court il y a la page web de l'émission où je peux en plus d'écouter ou de réécouter les émissions passées, retrouver des informations précises sur : les invités et les sujets à venir, l'actualité de l'émission...

 

- Si vous souhaitez vérifier l'exactitude de ce billet alors rendez-vous sur RTL.fr.

Et pour ce qui concerne l'émission L'heure du Crime, prenez la direction de sa page web...Je vous conseille plus particulièrement l'émission du 14 octobre intitulée " Les nouveaux pirates de l'Entreprise" : attentats, contrefaçons, pirateries, blanchiment d’argent, kidnapping, fraude, cyber crime, l’entreprise est devenue une cible quotidienne du crime organisé et des groupes terroristes.

Intervenants : Bertrand MONNET Professeur au département Hommes et Marchés à l’EDHEC  auteur du livre Les Nouveaux Pirates de l’Entreprise. Mafias et Terrorisme aux éditions du CNRS.

A bon entendeur salut......

 

Pour ceux qui au son préfèrent l'image alors cliquez sur le lien ci-dessous pour regarder une vidéo de présentation:

Partage propulsé par Wikio
 

Les bases de données de l’INPI en accès gratuit

businessfinanceAvant le dépôt d’un brevet ou l’enregistrement d’une marque en création, d’un dessin ou d’un modèle auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), il est utile de vérifier s’ils sont bien disponibles et ne font pas déjà l’objet d’une protection en matière de propriété industrielle.

Il est dĂ©sormais possible d’effectuer gratuitement des recherches sur :

  • les marques en vigueur en France, qu’elles soient françaises, communautaires ou internationales,
  • les marques françaises qui ne sont plus en vigueur depuis 1976, c’est-Ă -dire les marques non renouvelĂ©es, celles ayant fait l’objet d’une renonciation, d’un rejet total ou d’un retrait,
  • les dessins et modèles français enregistrĂ©s depuis 1910 (et internationaux depuis 1979),
  • les brevets français et europĂ©ens dĂ©livrĂ©s depuis 1978,
  • les demandes de certificats complĂ©mentaires de protection (CCP) dĂ©posĂ©es Ă  l’INPI depuis 1993 et publiĂ©es,
  • les dĂ©cisions de jurisprudence concernant les brevets, marques, dessins et modèles.

Ces services se substituent Ă  ceux prĂ©cĂ©demment payants sur internet et minitel : Icimarques et Plutarque.

Recherche en ligne sur les bases de données de l’INPI Institut national de la propriété industrielle (INPI)