ALTO-STUDIO
 

Conférence Société Générale: Réussir sa création et reprise d'entreprises grâce aux réseaux

societe generaleLa Société Générale et ses partenaires organise sur l'ensemble du territoire des conférences-formations.

Lors de ces rencontres vous pourrez :

  • Vous inspirer des tĂ©moignages de crĂ©ateurs.
  • Profiter des conseils pratiques des rĂ©seaux d'accompagnement pour lancer votre activitĂ© avec succès.
  • Prendre conscience du potentiel de votre propre rĂ©seau.

  • Apprendre Ă  l'utiliser au mieux.

  • DĂ©couvrir les meilleures pratiques des experts des rĂ©seaux.

  • Nouer des contacts avec des clients ou partenaires potentiels.

Des réponses vous seront apportées:

  • Comment nouer plus facilement des relations professionnelles mĂŞme en Ă©tant timide ?
  • Comment gĂ©nĂ©rer du bouche-Ă -oreille positif autour de son activitĂ© grâce Ă  la "mĂ©thode Castor" ?

  • Quels trucs et astuces pour oser utiliser son rĂ©seau ?

  • Comment prĂ©senter son activitĂ© avec le maximum d'efficacitĂ© ?

Les conférences-formation dans votre ville:

Votre serviteur est intervenu sur celle de Narbonne 15/10/2009

  • Aix en Provence 19/11/2009

  • Dieppe 15/10/2009

  • Lens 24/11/2009
  • Rouen 03/12/2009
  • Troyes 17/09/2009
  • Saintes 03/12/2009

Inscription: http://inscription.esprit-createurs.com/conferences/index.php

 

La taxe professionnelle remplacée par la Contribution Economique Territoriale

Carte de la franceVous voulez connaître les modalités d'application de la Contribution Economique Territoriale (CET)?

Ce nouvel impôt appelé à remplacer la taxe professionnelle.

Alors il suffit de lire plus bas....

- La Contribution Economique Territoriale sera mise en oeuvre dès janvier 2010

- Elle sera composée de deux taxes:

  • l'une appelĂ©e Cotisation Locale d’ActivitĂ© (CLA): Les investissements immobiliers et fonciers seront taxĂ©s; je suppose Ă  des taux dĂ©finis par les diffĂ©rentes collectivitĂ©s (communautĂ© de communes ou communautĂ© d'agglomĂ©ration ou communautĂ© Urbaine, sans oublier les Conseils GĂ©nĂ©raux et Conseils RĂ©gionaux).
  • une seconde appelĂ©e cotisation complĂ©mentaire (CC): la valeur ajoutĂ©e sera taxĂ©e avec une fourchette de taux comprise entre 0 % pour les entreprises rĂ©alisant moins de 500.000 euros de chiffres d’affaires et 1,5 % pour celles ayant un chiffre d’affaires supĂ©rieur Ă  50 millions d’euros.

Afin que cet taxe ne soit pas trop simple des "friandises" sont prévues:

En outre, diffĂ©rents amĂ©nagements sont prĂ©vus pour rĂ©duire le coĂ»t de cet impĂ´t, et notamment :

  • La valeur des investissements fonciers (achat de terrain) fera l'objet d'une diminution de 15% pour les entreprises industrielles,
  • Pour les entreprises faisant un chiffre d'affaires infĂ©rieur Ă  2.000.000 euros il y aura un abattement de 1 000 euros par an....cela semble ridicule j'espère que l'abattement sera sur le montant de la Contribution Economique Territoriale.
  • la CET sera plafonnĂ©e Ă  3 % de la valeur ajoutĂ©e dĂ©gagĂ©e par l’entreprise,

En ce qui concerne la Cotisation Complémentaire des options seront également possibles:

  • les professions libĂ©rales et assimilĂ©es non soumises Ă  l’impĂ´t sur les sociĂ©tĂ©s et employant moins de 5 salariĂ©s seront exonĂ©rĂ©s, pourquoi eux ? ne me le demandez pas...

Afin d'éviter la grogne des entrepreneurs et faire passer en douceur ce nouvel impôt qui comme toujours est très simple, un lissage sur 5 ans est prévu, pour qu'aucune entreprise n'affiche une double taxe supérieure de 10% ( ou 500 euros) à ce qu'elle payait avec la taxe professionnelle.

 

Le plan PME dévolé par Nicolas SARKOZY

Carte de la francePlusieurs annonces:

Un plan de deux milliards d’euros pour consolider les fonds propres et encourager l’investissement des PME:

  • Un milliard d’euros sous la forme de prĂŞts participatifs gĂ©rĂ© par OSEO appelĂ© « contrat de dĂ©veloppement participatif ».

Ce prêt d'une durée entre 5 et 7 ans, sans garantie, avec un remboursement différé. Cette instrument de financement est destiné aux PME qui ont besoin de renforcer leur haut de bilan par un apport de fonds propres ou de quasi fonds propres.

Les entreprises pourront y accéder en s’adressant à leur banque ou directement à OSEO.

  • Le Fonds StratĂ©gique d’Investissement (FSI) pour un milliard d’euros

- Pour les PME les plus fragilisées par la crise, le FSI abondera à hauteur de 100 millions d’euros un nouveau fonds de consolidation des entreprises.

- Pour les entreprises à fort potentiel de croissance, le FSI réservera une ligne d’investissement direct de 300 millions d’euros.

- Le FSI injectera, par ailleurs, 300 millions d’euros dans les fonds régionaux de capital risque et consacrera 300 autres millions au financement de quasi fonds propres sous forme d’obligations convertibles.

 

Comité Richelieu propose des solutions innovantes pour le financement des entreprises innovantes...

ComitĂ© RichelieuSur la base d’une enquĂŞte rĂ©alisĂ©e auprès de 1800 PME innovantes (profil : 55 employĂ©s, CA 6 M€ dont 32 % Ă  l’export), le ComitĂ© Richelieu prĂ©conise deux axes pour faciliter le financement des PME.

Leurs auteurs considère qu'avec le plan de relance, les pouvoirs publics français ont réussi à mettre en place un filet permettant de soutenir les entreprises établies dont la pérennité était remise en cause par la crise. Cette première partie était la plus urgente, mais le dispositif doit maintenant être complété pour répondre aux besoins des PME innovantes afin de permettre leur développement, seul moyen de renforcer le tissu clairsemé des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) françaises.

DĂ©jĂ  en 1998, le conseiller Ă©conomique de Tony Blair dĂ©clarait : « le principal problème de l’Europe, c’est que ses PME ne parviennent pas Ă  devenir des entreprises de stature internationale ».

Les PME innovantes ont un potentiel de croissance et donc des besoins de financement importants. Dans le mĂŞme temps, ces entreprises sont trop jeunes pour prĂ©senter suffisamment d’élĂ©ments pour contrebalancer le risque pris par les banques. Le plafond de verre qui bloque la croissance des PME s’explique donc tout simplement : ces entreprises ont trop d’avenir et pas assez de passĂ©. Pour casser ce cercle vicieux, le ComitĂ© Richelieu prĂ©conise deux axes Ă  mener de concert :

1. Renforcer les fonds propres des PME :

  • Doter le Fonds StratĂ©gique d’Investissement d’une branche dĂ©diĂ©e aux PME, disposant d’une Ă©quipe suffisante pour traiter des dossiers d’une taille moins importante qu’aujourd’hui (entre un et dix millions d’euros),
  • Relancer l’offre de prĂŞts participatifs, permettant d’apporter aux PME des quasi fonds propres. Autoriser OSEO Ă  mettre en place ces prĂŞts participatifs en direct et seul auprès des PME,
  • AllĂ©ger la fiscalitĂ© sur les rĂ©sultats rĂ©investis, ce qui constitue un moyen naturel pour que les PME renforcent leurs fonds propres.

2. Agir sur les critères d’attribution des soutiens publics pour que, au moins dans ce cas, le niveau des fonds propres ne plafonne pas le montant des aides auxquelles les PME peuvent prétendre.

Aucun dispositif ne parviendra à porter le niveau des fonds propres des PME françaises à un montant suffisant. Les organismes de soutien public doivent donc, au moins pour leurs propres mécanismes de renforcement des PME, briser ce dogme et pouvoir prendre le risque de choisir des entreprises sur la base de leur potentiel et non uniquement sur celle de leur track record. Les PME dont le potentiel est reconnu devraient pouvoir obtenir un soutien à l’exportation (COFACE), à l’innovation (Aides à l’innovation d’OSEO, du FUI ou de l’ANR) ou au financement (OSEO Financement et OSEO Garantie), quelque soit le montant de leurs fonds propres.

HervĂ© Novelli, 13 mars 2008 (colloque ComitĂ© Richelieu sur le financement) : « il faut s’affranchir du problème qui consiste Ă  lier le niveau des soutiens d’OSEO au niveau des fonds propres ».

Enfin, le Comité Richelieu souhaite que ces nouveaux efforts des pouvoirs publics en faveur des PME s’accompagnent d’une interdiction totale faite aux banques de demander des cautions personnelles.

Une suggestion plus personnelle:

Il conviendrait de mobiliser les banquiers pour qu'ils fassent une avance de trésorerie en prévision d'une aides financière qui prendra la forme d'une subvention ou d'une avance remboursable. En effet il ne suffit pas d'obtenir une aide financière d'une collectivité ou d'OSEO, encore faut il être en mesure d'avancer les fonds, de réceptionner les factures pour dans un second temps être remboursé. Lorsqu'il y a un acompte en général il n'est pas suffisant...

 

Siparex

businessfinanceLa société de capital risque Siparex a levé 150 millions d'euros afin de poursuivre ses investissements auprès d'entreprises en développement, mais également en aidant à la transmission de sociétés.

L'objectif est de financer de société de taille conséquente avec des valorisation proche de 150 Millions d'euros pour des tickets moyen de 10 millions d'euros.

Ces fonds seront investis à partir des différentes agences du groupe: Lyon, Lille, Nantes, Paris, Milan et Madrid Madrid.

Un exemple d'investissement réalisé:

La société JALMAT:

Une PME performante... au service des entreprises de BTP.

Son mĂ©tier : la mise Ă  disposition, après Ă©tudes de leurs projets, de matĂ©riels d’étaiement, de coffrage et de sĂ©curitĂ© collective...notre spĂ©cialitĂ© : la location de matĂ©riels...

  • 250 collaborateurs.
  • Plus de 18 000 Tonnes de matĂ©riel.
  • Une implantation nationale de proximitĂ© avec nos clients : 7 agences avec parcs Ă©quipĂ©s pour l´entretien et la rĂ©paration du matĂ©riel (87 000 m²).
  • Une usine de fabrication, des partenaires industriels internationaux.
  • Des Ă©quipes de monteurs hautement qualifiĂ©s.
  • Le rachat et le nĂ©goce de matĂ©riel d´occasion.
  • Une entitĂ© dĂ©diĂ©e au DĂ©veloppement International.