ALTO-STUDIO
 

Les business angels sont ils les anges des affaires?

Les business angels sont appel√©s √† jouer un r√īle croissant dans la cha√ģne de financement de la cr√©ation d'entreprise. En effet ils interviennent en g√©n√©ral lors de la phase d'amor√ßage, au premier stade de financement d'une soci√©t√©.

Ces anges des affaires sont des particuliers qui souhaitent investir une partie de leur patrimoine (de 5% à 10%) dans des entreprises.

Première idée reçue les concernant: les business angels sont des anciens entrepreneurs or différentes études montrent que leurs profils correspond plus à cette réalité:

  • 80 % sont encore en activit√©
  • 48 % ont entre 40 et 54 ans
  • 25 % disposent d'un patrimoine inf√©rieur √† 1 millions d'euros
  • 12 % disposent d'un patrimoine sup√©rieur √† 10 millions d'euros
  • le nombre de business angels est estim√© √† 4 000 en France.

Bonne nouvelle l'investissement moyen par business angels tendrait à augmenter: en 2001 le ticket d'entrée était de 40 000 euros alors qu'il a atteint 70 000 euros en 2004/2005.

Les business angels investissent en moyenne dans plus de six entreprises.

Typologie d'investissement:

  • 85% des investissements concernent la phase d'amor√ßage

Deuxième idée reçue, les business agnels investissent exclusivement dans des start up de la nouvelle économie. Faux car le secteur high-tech (Internet, logiciels, télécoms) ne capte que 50 % de ces investissements.

Leurs motivations :

  • 35% : recherche d'une plus-value
  • 27% : participation √† une action collective
  • 13% : soutien √† un cr√©ateur d'entreprise proche
  • 10% : aide au d√©veloppement √©conomique local

Les business angels sont les premiers à entrer au capital avec une durée moyenne de cohabitation de cinq ans.

Les différentes possibilités de sortie pour un business angel sont le rachat par une entreprise, l'introduction en Bourse, le rachat par un autre business angel ou un dirigeant, le LBO (ou leverage buy-out: rachat des actions de business angel par la création d'une holding financée par l'emprunt), et dans le pire des cas la disparition de l'entreprise.

Les capitaux-risqueurs ne rachètent jamais les parts des business angels.

L'exemple de MEETIC repr√©sente bien l'apport des business angels dans la cha√ģne du financement de la cr√©ation d'entreprises.

Pour lancer le site de rencontres sur internet Meetic en 2002,Marc Simoncini (créateur d'Ifrance revendue 100 millions d'euros à Vivendi Universal,) s'est mis en quête de lever plusieurs millions d'euros auprès de fonds de capital risque. Face aux refus des sociétés de capital investissement il a levé 1,8 million d'euros auprès d'une petite dizaine de business angels (famille, amis, industriels)

Le recours à ces investisseurs privés peut aussi relever d'un choix plus que d'une contrainte, notamment si l'entrepreneur doit consolider son portefeuille de compétences internes, acquérir de nouvelles compétences, ou s'il veut boucler rapidement un tour de table en évitant les multiples rencontres et négociations pendant plus de 8 mois.

Michel de Guilhermierpour financer PHOTOWAYS (développement de photo par internet), a mobilisé son propre réseau d'investisseurs privés, 10 au total, et bouclé ainsi le tour de table en.....1 heure (121 000 euros + avec l'aide de quelques fonds).

Pour en revenir au titre du billet les business angels sont des anges des affaires dans la mesure o√Ļ:

  • ils apportent une solution de financement compl√©mentaire et indispensable pour aider la cr√©ation d'emploi.
  • par rapport aux soci√©t√©s de capital investissement leurs apports de comp√©tence, de r√©flexion strat√©gique et de mise en r√©seaux est plus √©vidente. Les business angles investissent dans des fili√®res qu'ils connaissent parfaitement, vous allez donc pouvoir capitaliser ce savoir-faire.

Mais l'ange peut aussi se transformer en démon car:

  • ils peuvent avoir tendance √† vouloir s'imposer au quotidien dans les prises de d√©cisions, ceci est d'autant plus facile que la plupart investissent autour de chez eux (donc pas de probl√®me pour √™tre pr√©sent physiquement) et qu'ils connaissent la fili√®re m√™me peut √™tre mieux que vous (enfin peut √™tre le pensent ils)
  • au-del√† des promesses de relationnel et d'apport de comp√©tence il peut se cacher une simple volont√© de faire une plus value. Donc bien veiller √† ce que les 20% du capital qu'ils vont obtenir correspondent v√©ritablement √† une valeur √©conomique: danger lorsqu'en √©change d'actions ils ne vous proposent comme contre partie principale que leur savoir faire.
 

Le Forum du financement de l'innovation

Vous êtes Entrepreneur, dirigeant d'une entreprise innovante...

Vous êtes Directeur d'une équipe de R&D ou de business developpement...

Vous êtes Investisseur ou financeur de l'innovation...

Vous êtes Accompagnateur des entreprises innovantes...

Rennes accueillera les 24 et 25 janvier 2007, la dernière étape des Forums du financement de l'innovation et de la compétitivité.

Initiés par François Loos, ministre délégué à l'industrie en novembre 2005, ces Forums ont pour objectif d'aider les entreprises innovantes à trouver des financeurs et nouer des accords avec tous les partenaires nécessaires à leur croissance.

Pour plus d'info: (ici)