KEWEGOCi-dessous une interview, par la Direction Générale des Entreprises, de Michel Meyer co-fondateur de la société Kewego

Quelle est l’activitĂ© de votre entreprise ?

Kewego est spécialisé dans la communication audiovisuelle. Nous aidons en effet les médias et les entreprises à diffuser des vidéos soit sur internet, soit dans leurs locaux ou leurs points de vente, au travers de réseaux d’écrans. Ils peuvent ainsi s’adresser à leurs prospects, leurs employés ou leurs clients.

Nous avons comme clients des entreprises telles que M6, France Télévision, Le Figaro, L’Équipe, Le Nouvel observateur, Airbus, Axa ou encore Snecma et nous devrions réaliser un chiffre d’affaires de 7 M€ en 2008, contre 4 M€ en 2007. L’entreprise a été créée en 2003 et compte désormais une soixantaine de salariés à Paris, Grenoble, mais aussi dans nos filiales en Espagne, Allemagne et Grande-Bretagne.

Comment avez-vous eu recours Ă  France Investissement ?

Nous avions besoin de financements pour développer et renforcer notre gamme de produits et nous développer à l’international afin d’envisager d’atteindre la rentabilité en 2009. Nous avons donc construit un business plan présentant nos ambitions et nos objectifs avant de rencontrer un certain nombre d’acteurs du capital risque.

Nous avons été en contact avec CDC Entreprises. Le courant est bien passé. De plus, nous avions déjà un investisseur de référence, Banexi Ventures Partners, que CDC Entreprises connaît bien.

Finalement, le fonds de co-investissement direct de CDC Entreprises et Banexi Ventures Partners ont décidé de procéder à un co-investissement pour un montant total
de 5 M€.

Quels conseils donneriez-vous Ă  des PME en quĂŞte de financements ?

Je pense que le premier travail est de bien clarifier son projet d’entreprise. En même temps, le fait de rencontrer des investisseurs va permettre de peaufiner ce projet car ils ont souvent de bonnes questions.

Je crois aussi qu’il faut avoir des réalisations à montrer, des clients en portefeuille. Globalement, la proposition doit être bien calibrée en termes de montant et d’emploi des fonds afin que tout le monde puisse se projeter dans une aventure commune.*

Ensuite, il faut procéder de manière relativement systématique, contacter les investisseurs les uns après les autres et essayer de les rencontrer. J’ajouterais qu’il est important de bien cibler les fonds à contacter. Si l’on est une start-up, rien ne sert de s’adresser à des fonds de LBO , de retournement ou de capital développement.